ASSE : Pourquoi les « super mecs » Paul Bernardoni et Sada Thioub se suivent-ils de club en club ?

FOOTBALL Le gardien de but et l’attaquant, recrutés la semaine passée en prêt par Saint-Etienne, ont déjà évolué ensemble en Ligue 1 à Nîmes et à Angers

Jérémy Laugier
— 
Paul Bernardoni et Sada Thioub se sont offert un selfie de découverte du centre d'entraînement de L'Etrat (Loire).
Paul Bernardoni et Sada Thioub se sont offert un selfie de découverte du centre d'entraînement de L'Etrat (Loire). — ASSE
  • Toujours 20e en Ligue 1, l’ASSE va disputer un match très important samedi (17 heures) contre le RC Lens, pour tenter de lancer une dynamique en vue du maintien.
  • Pascal Dupraz devrait s’appuyer à cette occasion sur deux de ses recrues au mercato hivernal, à savoir Paul Bernardoni et Sada Thioub, arrivés ensemble en prêt d’Angers.
  • Le gardien de but et l’attaquant se suivent décidément en Ligue 1, puisqu’ils avaient déjà été coéquipiers à Nîmes, avant de se retrouver au SCO, puis désormais avec les Verts.

« Moi, je ne peux pas le blairer, donc c’est compliqué. » Dès leur présentation devant la presse, le 7 janvier autour d’un Pascal Dupraz hilare,  Paul Bernardoni et Sada Thioub ont montré qu’ils apporteraient sourire et chambrage au vestiaire stéphanois. Ça ne pourra pas faire de mal à un groupe meurtri par une phase aller de  Ligue 1 cauchemardesque, avec une 20e place et seulement deux succès au compteur.



La complicité évidente des deux recrues hivernales, qui devraient effectuer leurs débuts samedi (17 heures) contre le RC Lens, s’explique avec un parcours commun étonnant : Paul Bernardoni (24 ans) et Sada Thioub (26 ans) viennent d’enchaîner des aventures communes à Nîmes (2018-2019) puis à Angers (depuis 2020), avant que le SCO ne décide de les prêter tous les deux à l’ASSE, à respectivement deux et un an de la fin de leur contrat.

Bernardoni paie sa tournée de McDo avec Angers

« Ça ne m’étonne pas du tout de les voir se chambrer d’emblée à Saint-Etienne, confie Abdel Bouhazama, directeur du centre de formation d’Angers. C’est Paul et Sada quoi, ils étaient souvent ensemble avant et après les entraînements. Il y a vraiment de l’amitié entre ces mecs qui ont la même super mentalité. » En tant qu’entraîneur de l’équipe réserve angevine, Abdel Bouhazama a d’ailleurs pu s’en rendre compte lorsqu’il a récupéré le gardien de but et l’ailier droit pour des matchs de National 2.

Paul Bernardoni bataille pour récupérer la balle dans les pieds de Kylian Mbappé, en octobre dernier au Parc des Princes.
Paul Bernardoni bataille pour récupérer la balle dans les pieds de Kylian Mbappé, en octobre dernier au Parc des Princes. - CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

« On a une petite coutume en réserve : en cas de victoire à l’extérieur, les joueurs pros présents paient le McDo à tout le groupe après le match. A Montpellier (le 11 décembre), Paul a accepté avec plaisir de nous régaler. Quant à Sada, je le soupçonne d’avoir été aussi malin qu’il ne l’est dans son jeu, car il avait comme par hasard oublié sa carte bleue à Granville (en août 2019). Il avait dû faire crédit auprès d’un coéquipier. »

« Que des matchs commando » pour Bernardoni en 2019-2020

Nouveau coordinateur sportif du SCO, Laurent Boissier a répondu favorablement, au début du mercato hivernal, à la demande de son homologue stéphanois Loïc Perrin, immédiatement intéressé par les deux profils. En tant qu’ex-directeur sportif du Nîmes Olympique, il a bien connu les deux joueurs.

 « Ce sont des garçons faciles à vivre, à la mentalité exemplaire, et qui s’apprécient clairement. Leur prêt s’est fait très naturellement avec Saint-Etienne, qui avait besoin de joueurs avec un vécu en Ligue 1 et un sentiment de revanche. Paul et Sada sont partis dans une mission maintien, et Paul est notamment rompu à cet exercice-là, car on n’avait eu que des matchs commando sur sa deuxième saison à Nîmes. »
 

Comme les Crocodiles en avaient bénéficié en 2020, les supporteurs de l’ASSE signeraient pour l’heureux scénario d’une 18e place au bout d’une saison subitement interrompue par le Covid-19, et donc sans barrages.

« C’est très rare de voir ça dans des carrières de footballeurs pros »

Mais comment expliquer que Paul Bernardoni et Sada Thioub ont ainsi pu connaître à la suite les trois mêmes clubs dans l’élite ? « C’est sûr que c’est très rare de voir ça dans des carrières de footballeurs professionnels, reconnaît Laurent Boissier. Après, il faut savoir qu’ils n’ont pas le même agent, et leur parcours commun est avant tout le fruit du hasard. »

Sada Thioub, qui met ici à terre Jordan Amavi, lors d'un OM-SCO en janvier 2020, va chercher à se relancer dans le Forez.
Sada Thioub, qui met ici à terre Jordan Amavi, lors d'un OM-SCO en janvier 2020, va chercher à se relancer dans le Forez. - Daniel Cole/AP/SIPA

Le hasard s’explique parfois par un coup d’éclat marquant les esprits de dirigeants. Le 11 août 2018, pour la première titularisation en Ligue 1 de sa carrière, Sada Thioub signe avec Nîmes un but d’anthologie (4 joueurs éliminés et un piqué sur le gardien) puis une passe décisive pour un renversant succès… à Angers (3-4). La masterclass en carrière d’un joueur n’ayant finalement combiné, à 26 ans, que 5 buts et 8 passes décisives en 91 matchs en L1.

« Bernardoni, c’est la crème de la crème »

Mais ce lumineux souvenir a incité le SCO à lâcher 3,5 millions d’euros pour s’offrir le Sénégalais durant l’été 2019. « Sada est un super joueur de percussion, très à l’aise techniquement, confie Baptiste Valette, son ancien coéquipier de 2017 à 2019 à Nîmes. Ses crochets peuvent faire très mal. Et puis c’est un mec qui rigole tout le temps et qui te met une bonne ambiance. »

L’actuel gardien nancéien, également passé par Sainté de 2013 à 2015, est tout aussi dithyrambique au sujet de Paul Bernardoni : « Paul, c’est la crème de la crème, quelqu’un d’attachant. Et pourtant, j’étais titulaire en L2 avant son arrivée et je n’ai pas pu jouer une minute en Ligue 1 derrière quand il est arrivé. L’ASSE a recruté deux super mecs qui s’entendent bien, mais aussi deux vrais renforts en vue du maintien ». Un challenge de taille, avant de découvrir dans cinq mois où ce duo d’inséparables rebondira.