ASSE : Candidat déclaré au rachat du club, le prince cambodgien Norodom Ravichak veut « promouvoir la Ligue 1 en Asie »

FOOTBALL Alors que l'ASSE est officiellement en vente depuis cinq mois, le prince cambodgien Norodom Ravichak vient de déposer un dépôt de garantie de 100 millions d'euros pour racheter le club stéphanois

Jérémy Laugier
— 
Les supporters stéphanois, ici lors du match entre l'ASSE et le Losc, le 21 août dans le Chaudron.
Les supporters stéphanois, ici lors du match entre l'ASSE et le Losc, le 21 août dans le Chaudron. — OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP
  • Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont déclaré vouloir vendre l’ASSE le 13 avril dernier.
  • Si rien ne semblait vraiment bouger jusque-là, le prince cambodgien Norodom Ravichak vient d’officialiser ce mardi son projet de reprise du club stéphanois.
  • Dans une interview à RFI, celui-ci annonce avoir pour l’ASSE « une ambition nationale et internationale ».

Dès le 13 avril dernier, Roland Romeyer et Bernard Caïazzo annonçaient être « vigilants à ce qu’un passage de témoin puisse s’effectuer dans la continuité et dans la sérénité ». Cinq mois plus tard, les deux co-présidents de l'ASSE, décriés par les supporters des Verts, n’ont pas encore finalisé la vente du club. Le prince cambodgien Norodom Ravichak, qui vient de déposer un dépôt de garantie de 100 millions d’euros auprès du cabinet de conseil KPMG, organisme filtrant les candidatures au rachat du club stéphanois, pourrait être l’heureux élu.

Celui-ci a accordé une interview ce mardi au site de RFI pour confirmer son intention d’impulser un tournant dans l’histoire du club champion de France à dix reprises, mais actuel 19e de Ligue 1 après six journées. « Il est exact que je me suis porté officiellement candidat à la reprise de l’AS Saint-Étienne, indique Norodom Ravichak. J’ai toujours eu une affection particulière pour l’ASSE, qui occupe une place à part parmi les très grands clubs de l’Hexagone. Grâce à mes divers réseaux d’affaires, j’ai pu rencontrer des personnalités du monde du football et, de fil en aiguille, prendre connaissance du projet de vente de l’ASSE il y a quelques mois. »

Il envisage des académies au Cambodge et dans d’autres pays d’Asie

Se présentant comme « un passionné de football », le prince cambodgien poursuit : « Mon but aujourd’hui est de prendre soin de Saint-Étienne et de tous ceux qui œuvrent pour que ce club retrouve sa splendeur et la place qui est la sienne dans le football français et européen. Je ne viens pas pour réaliser une opération financière. Je souhaite m’investir à long terme ».

Il assure avoir à ses côtés « des partenaires solides » qu’il présentera « le moment venu ». Ses motivations sont affichées dans cette première interview auprès de RFI : « Je souhaite aussi promouvoir le football français et la Ligue 1 en Asie en mettant l’ASSE en avant. Je pense notamment développer des académies, point fort de l’ASSE, au Cambodge et dans d’autres pays du continent asiatique. Mon ambition pour Saint-Étienne est nationale et internationale ». De quoi convaincre le duo Romeyer-Caïazzo à lâcher pour de bon le club ?