OL-Brondby : Pas assez « tueuses » face au but, les Lyonnaises ne se mettent pas à l’abri en Ligue des champions

FOOTBALL FEMININ Les partenaires de Wendie Renard ont signé un succès assez poussif (2-0), ce jeudi, lors du 8e de finale aller de Ligue des champions contre Brondby

Jérémy Laugier

— 

Nikita Parris est ici félicitée par ses partenaires après avoir débloqué ce match compliqué pour les Lyonnaises, ce jeudi contre Brondby.
Nikita Parris est ici félicitée par ses partenaires après avoir débloqué ce match compliqué pour les Lyonnaises, ce jeudi contre Brondby. — DREGER Ryszard/Sports Press Phot/SIPA
  • Si l’OL a assuré l’essentiel ce jeudi contre Brondby (2-0), il le doit en grande partie à Melvine Malard, buteuse déterminante dans les arrêts de jeu (90e+3).
  • Pour le reste, les Lyonnaises n’ont pas été convaincantes, à l’image d’un intrigant « manque d’efficacité » devant le but, avec 23 tirs tentés.
  • Le match retour au Danemark pourrait s’avérer plus indécis que prévu dans six jours.

Pour la troisième fois consécutivement en Ligue des champions, Melvine Malard a endossé le précieux rôle de supersub ce jeudi contre Brondby (2-0, 90e+3). L'apport de la prometteuse attaquante de 20 ans n’est pas de trop tant l’OL ne survole pas ce début de campagne européenne. Ballottées comme rarement lors du 16e de finale aller à Turin (2-3, puis 3-0 au retour) en décembre, les quintuples tenantes du titre n’ont pas réussi à plier ce jeudi leur 8e de finale contre Brondby, dès la manche aller (2-0). A l’image d’une grosse frayeur d’emblée, avec un étrange oubli défensif dans l’axe puis un coup franc de Nanna Christiansen sur la transversale d’une Sarah Bouhaddi battue (6e), les joueuses de Jean-Luc Vasseur ont mis du temps à entrer dans leur rencontre.

Certes, il y a ensuite eu une domination territoriale des joueuses de Jean-Luc Vasseur (74 % de possession, 23 tirs à 1), mais sans réussite devant le but. Il a fallu un délice de centre d’Amel Majri, conclu d’un coup de tête rageur par Nikita Parris pour faire la différence (1-0, 30e). Malgré la belle activité des trois gauchères alignées (Bacha, Karchaoui, Majri), l’OL a alors relâché sa pression durant une grosse demi-heure sur la défense danoise.

« On aurait dû se mettre à l’abri dès la première période »

A l’image de la jeune recrue américaine Catarina Macario, cet OL a souvent semblé trop tendre devant, toujours sans Ada Hegerberg (en reprise), et avec une Eugénie Le Sommer entrée à l’heure de jeu. Le match retour à Brondby le 10 mars (13h55) pourrait se révéler délicat à négocier, surtout avec l’enchaînement du sommet de la D1, trois jours plus tard, contre le rival parisien, actuel leader du championnat.

Visage fermé après ce match peu emballant, la capitaine Wendie Renard a tenu à passer un message à son groupe au micro de RMC : « On manque vraiment d’efficacité. On aurait dû se mettre à l’abri dès la première période, ça m’agace. Nous devons être plus tueuses ».