OM-OL : Pourquoi Garcia insiste-t-il avec Cornet et De Sciglio, alors que Bard est « prêt à s’imposer en Ligue 1 » ?

FOOTBALL Malgré les contre-performances répétées de Maxwel Cornet et Mattia De Sciglio depuis deux mois, le jeune latéral gauche lyonnais (20 ans) devrait encore être sur le banc dimanche (21 heures) à Marseille

Jérémy Laugier

— 

Mattia De Sciglio, Maxwel Cornet et Melvin Bard, trois options pour un poste de latéral gauche qui pose souvent question à Lyon cette saison.
Mattia De Sciglio, Maxwel Cornet et Melvin Bard, trois options pour un poste de latéral gauche qui pose souvent question à Lyon cette saison. — Photos AFP
  • Le poste de latéral gauche est l’un des problèmes récurrents de l’OL (2e en Ligue 1), surtout depuis deux mois.
  • Au vu des difficultés répétées de Maxwel Cornet et Mattia De Sciglio, Melvin Bard (20 ans, 3 titularisations en championnat) est en droit d’attendre davantage de temps de jeu.
  • Mais Rudi Garcia a à la fois initié l’étonnante reconversion de l’attaquant ivoirien et le prêt du polyvalent défenseur italien, en qui il maintient toute sa confiance.

S’il y a bien un poste qui cristallise les doutes persistants des supporters lyonnais à l’encontre de Rudi Garcia, c’est celui de latéral gauche. L’étonnant choix de reconvertir progressivement  Maxwel Cornet à cette position depuis décembre 2019, c’est lui. Le recrutement en prêt de l’Italien Mattia De Sciglio en fin de mercato, le 5 octobre, « c’est une demande de Rudi qui n’était pas prévue », expliquait alors Juninho.

Et le temps de jeu très limité (12 matchs et 438 minutes en un an et demi) du prometteur Melvin Bard (20 ans), pur produit de la formation lyonnaise, c’est également un choix assumé par coach Rudi. Après avoir été courtisé l’an passé par le Bayern Munich, Melvin Bard (3 titularisations en Ligue 1) ne doit pas comprendre pourquoi, avant le choc à Marseille dimanche (21 heures), il n’a eu droit qu’à 4 minutes de temps de jeu en championnat depuis trois mois. Trois éléments plaident pourtant en sa faveur :

  • C’est un pur gaucher ayant été formé à ce poste dès son arrivée à l’OL en 2016, contrairement à l’attaquant Maxwel Cornet (24 ans) donc, et au droitier Mattia De Sciglio (28 ans), davantage utilisé comme latéral droit au Milan AC et à la Juventus.
  • Il n’a pas enchaîné les prestations décevantes en 2021, contrairement à ses concurrents directs. Souvent fébrile dans son placement défensif, Maxwel Cornet est ainsi passé au travers à Dijon (0-1, sorti dès la mi-temps), avant d’être directement impliqué sur le premier but de Montpellier lors de la dernière défaite de l’OL (1-2). Quant à Mattia De Sciglio, il s’est montré aussi flippant à droite à Rennes (2-2), qu'à gauche la semaine passée à Brest (2-3), où il a notamment couvert Irvin Cardona sur le deuxième but breton.
  • Il est le seul joueur dans l’effectif à présenter une véritable marge de progression à ce poste, au vu de son âge, de sa rigueur défensive et de son aisance technique.

« Melvin a un super pied gauche »

A quand Bard à bâbord donc ? Ses anciens coéquipiers en équipe réserve à l’OL (National 2) abondent d’ailleurs dans ce sens. « Il a le profil idéal : c’est un bosseur toujours assidu à tous les niveaux, il a une bonne caisse physique et il a un super pied gauche, avec lequel il est capable de tout, liste l’ex-gardien lyonnais Dorian Grange (24 ans). Il prend ce qu’on lui donne en ce moment mais dès qu’il aura vraiment sa chance, il va la saisir pleinement. »

Pour Bryan Ngwabije, lui aussi formé à l’OL, « Melvin est prêt à s’imposer en Ligue 1, il n’attend que ça pour apporter toute sa vivacité et son explosivité ». L’actuel défenseur central du Sporting Club de Lyon (National) l’assure : « Il ne va rien lâcher, il adore la concurrence ». Il n’empêche qu’on voit mal Rudi Garcia, bien frileux à son égard, le (re) lancer en pleine course au titre/podium, trois mois après une dernière titularisation mitigée (comme pour Rayan Cherki) en L1 à Angers (0-1).

Melvin Bard s'était montré à son avantage lors du match aller (1-1), le 4 octobre, contre Florian Thauvin et l'OM, lors d'une de ses rares titularisations en Ligue 1.
Melvin Bard s'était montré à son avantage lors du match aller (1-1), le 4 octobre, contre Florian Thauvin et l'OM, lors d'une de ses rares titularisations en Ligue 1. - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

« Mattia inculque sa culture du travail aux jeunes »

Le 13 décembre, au soir d’un succès majeur (0-1) au Parc des Princes, l’entraîneur en fin de contrat en juin a délivré un message clair : « Mattia a fait une rentrée alla grande comme on dit en italien. Il est polyvalent et il nous amène le haut niveau qu’il a connu au Milan AC et à la Juventus. On a fait un très bon choix de le recruter parce qu’on n’avait plus de concurrent à Léo Dubois à droite. Et puis à gauche, on a Maxwel Cornet, un attaquant reconverti, très bien d’ailleurs, et Melvin Bard, un jeune qui a encore besoin de progresser ».

Relancé sur le sujet ce vendredi en conférence de presse, le coach lyonnais a simplement rappelé « l’importance de cette concurrence » à cette position d'arrière gauche. Tout en louant une énième fois « la rigueur » de Mattia De Sciglio : « Il a une vraie culture du travail et il l’inculque aux jeunes ».

« Maxwel est devenu un défenseur solide, c’est surprenant »

Melvin Bard, qui n’a obtenu en trois mois qu’une unique véritable opportunité en Coupe de France (90 minutes lors du 5-1 contre Ajaccio le 9 février), semble donc voué à apprendre aux côtés de l’expérimenté Italien. La hiérarchie est d’ailleurs claire dans l’esprit de Rudi Garcia, comme en atteste la répartition des temps de jeu en L1 cette saison : 1.650 minutes pour Maxwel Cornet, 840 pour Mattia De Sciglio et seulement 304 pour Melvin Bard. Au stade Vélodrome dimanche, le jeune Lyonnais regardera sans doute encore Maxwel Cornet défier Florian Thauvin à un poste qui n’aurait sans doute jamais été le sien s’il n’avait pas croisé la route de Rudi Garcia.

« C’est quand même un pari particulièrement réussi, estime Romuald Giamberini, ex-entraîneur de Maxwel Cornet en U15 au FC Metz et famille d’accueil de l’international ivoirien en Lorraine. Je trouve qu’il fait une super saison, qu’il est épanoui avec le jeu devant lui, et qu’il peut ainsi exprimer toute sa générosité. Il est maintenant devenu un défenseur solide, c’est surprenant. » Un avis qui ne sera pas partagé par tout le monde à Lyon, où sa mystique série de quatre buts en trois rencontres face au Manchester City de Pep Guardiola n’occulte pas un bilan bien plus neutre depuis six ans.