PSG : Pour Mauricio Pochettino, Jean-Louis Gasset est « la personne qui connaît le mieux le football au monde » (rien que ça)

FOOTBALL Le coach parisien a visiblement gardé un très, très bon souvenir de Jean-Louis Gasset, qu'il a côtoyé au PSG entre 2001 et 2003

A.L.G.

— 

Pochettino a hâte de recroiser la route de Jean-Louis Gasset.
Pochettino a hâte de recroiser la route de Jean-Louis Gasset. — FRANCK FIFE / AFP

A la veille d’un déplacement capital pour son équipe en Gironde après le succès à Dijon samedi, Mauricio Pochettino était devant la presse ce mardi pour évoquer l’actualité du PSG. L’Argentin a d’abord fait un point médical : outre Kylian Mbappé, suspendu et donc forfait ce mercredi, le PSG devra aussi se passer de Di Maria, qui a repris l’entraînement collectif il y a seulement deux jours, de Verratti (contusion de la voûte plantaire), Florenzi, Neymar et Bernat. Pochettino pourra en revanche compter sur les retours de Leandro Paredes et Mauro Icardi.

Que vous dire pour le reste ? Pas grand-chose malheureusement puisque le coach parisien s’est fait une spécialité d’en dire le moins possible lors des conférences de presse d’avant-match. Bon, on est un peu vache puisqu’il a quand même pris le temps d’expliquer que ce match contre Bordeaux aurait une saveur particulière pour lui. A double titre : d’abord parce qu’il a joué là-bas durant son passage en France (d’août 2003 à janvier 2004) mais aussi et surtout parce qu’il va retrouver l’entraîneur girondin Jean-Louis Gasset, qu’il a côtoyé lors de ses deux saisons du côté du PSG (2001-2003), lorsque celui-ci était alors l’adjoint de Luis Fernandez.

Paris vise le 12/12 en Ligue 1

« Quand j’étais à Paris comme joueur, il m’avait fait une grande impression. J’ai le sentiment que c’est la personne qui connaît le mieux le football au monde, a-t-il déclaré. J’ai beaucoup appris à ses côtés et je garde vraiment de très bons souvenirs des moments passés avec lui, avec sa famille. Ce sera un moment spécial pour moi de le retrouver. »

Pour finir, la Pochette a évoqué l’objectif affiché pour la fin de saison, à savoir le sans-faute. « On doit penser à notre propre performance. On avait dit avant Dijon qu’on avait douze matchs à gagner. Il en reste onze désormais. On doit gagner à Bordeaux et ne se concentrer que sur nous-mêmes. »