« Une Superligue de football, ça fait rêver », estime Tony Parker, qui voudrait que l’OL en fasse partie

FOOTBALL Le président de l’Asvel, également membre du conseil d’administration de l’OL, s’est prononcé dimanche en faveur d’un projet de Superligue européenne pour le foot

Jérémy Laugier

— 

Tony Parker, ici en novembre dernier avant un match d'Euroligue entre l'Asvel et le FC Barcelone.
Tony Parker, ici en novembre dernier avant un match d'Euroligue entre l'Asvel et le FC Barcelone. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Plusieurs grands clubs européens, dont le Real Madrid, souhaitent vivement la création d’une Superligue européenne de football.
  • Ce projet controversé ne serait pas pour déplaire à Tony Parker, qui s’est déjà démené pour installer l’Asvel en Euroligue.
  • Pour RMC, le membre du conseil d’administration de l’OL a indiqué dimanche qu’il serait « important » que le club lyonnais soit intégrée dans cette future ligue fermée.

S’il y a un dirigeant de sport français majeur qui n’a pas besoin d’être convaincu par les bienfaits d’un projet de Superligue européenne de football, c’est bien Tony Parker. Interrogé par RMC Sport dimanche sur cette perspective notamment appuyée par le président du Real Madrid Florentino Perez, « TP » a vite annoncé la couleur : « Pour moi, le meilleur modèle, c’est le format de la NBA, de la NFL. Ce format-là va durer dans le temps. Là, avec le Covid-19, on voit les limites du système actuel. Une Superligue de football, ça fait rêver, voire une NBA de foot ».

Le président de l’Asvel, qui a « la double culture » franco-américaine, est conscient que ce sujet est « sensible » : « Je sais que voir le petit poucet commencer en National 12 et monter en première division, on adore ça en Europe. On adore la Coupe de France quand le petit bat le gros. Faire une Superligue et voir les clubs ne plus trop jouer dans leur championnat local, c’est clair que ça va être difficile, ça n’est pas dans la mentalité européenne. Mais je pense que le foot va un jour se diriger vers le modèle NBA ».

« Les gens savent de quel côté je suis »

L’ancien meneur de jeu des Bleus et des Spurs s’est justement beaucoup démené, ces dernières saisons, pour permettre à l’Asvel de s’installer en Euroligue, aux côtés des 17 meilleurs clubs européens : « J’ai œuvré pour ça par rapport au basket, qui se dirige tout droit vers une ligue privée, pour qu’on ait au moins un représentant du basket français ». Désormais membre du conseil d’administration de l’OL, et possible successeur de Jean-Michel Aulas dans quelques années, « TP » suit forcément de près ce dossier de Superligue dans le football.

« C’est clair que ça serait important que l’OL soit dans cette Superligue si les grands patrons du foot décident de la faire, indique-t-il. C’est un club très performant sur les 20 dernières années. Les gens savent de quel côté je suis puisque c’est ce que j’ai envie de faire pour le basket ». Cette prise de position tranchée ne va pas forcément être populaire auprès de la majorité des supporters de l’OL.