OL-Bordeaux : Comment Thiago Mendes a-t-il « relevé la tête » après une première saison galère à Lyon ?

FOOTBALL Inconsistant la saison passée, le milieu de terrain brésilien est l’un des hommes-clés du retour au premier plan de l’OL, qui accueille les Girondins ce vendredi (21 heures)

Jérémy Laugier
Thiago Mendes, ici lors de la victoire référence de l'OL, le 13 décembre au Parc des Princes (0-1).
Thiago Mendes, ici lors de la victoire référence de l'OL, le 13 décembre au Parc des Princes (0-1). — VS Press/SIPA
  • Solide troisième de Ligue 1 après son large succès lors du derby (0-5), l'OL peut redevenir provisoirement leader ce vendredi (21 heures), en cas de victoire face aux Girondins de Bordeaux.
  • Parmi les joueurs majeurs de ce Lyon conquérant, on trouve l’ancien Lillois Thiago Mendes (28 ans), totalement retrouvé après une saison manquée.
  • Avant la réception de Bordeaux, le milieu brésilien est revenu sur son année de doutes puis sa métamorphose avec l’OL.

« Je vais tout faire pour aider Thiago Mendes à redevenir celui qu’on connaît tous, celui du Losc. » Une semaine après son arrivée sur le banc lyonnais, en octobre 2019, Rudi Garcia avait ciblé ce qui s’annonçait comme le principal échec du recrutement lyonnais. Il a finalement fallu une année pour que le milieu brésilien se transforme en pièce maîtresse épanouie d’un OL (3e) dans la course au titre pour la première fois depuis six ans. En raison des huis clos causés par la crise sanitaire du Covid-19, les supporters lyonnais n’assisteront pas au match contre les Girondins de Bordeaux, ce vendredi (21 heures), et ils n’ont pas encore pu constater, au Parc OL, cette métamorphose inattendue.

Régulièrement sifflé durant ses premiers mois à Lyon, Thiago Mendes est revenu mercredi sur cette adaptation galère, après un transfert conséquent (22 millions d’euros + 4,5 M€ de bonus). « Je suis arrivé ici avec beaucoup de poids sur les épaules, confie-t-il. J’étais un joueur acheté très cher, ça ne m’a pas aidé. Dès que quelque chose n’allait pas, j’avais l’impression que tout était de ma faute, j’étais vraiment triste. » Ça, c’est pour la partie des torts assumés par un joueur alors en criant manque de confiance, et le plus souvent amorphe sur le terrain.

Ici en Ligue des champions en octobre 2019 face à Leipzig, Thiago Mendes est passé à côté de sa première saison lyonnaise.
Ici en Ligue des champions en octobre 2019 face à Leipzig, Thiago Mendes est passé à côté de sa première saison lyonnaise. - CHINE NOUVELLE/SIPA

« Est-ce qu’il se comportait à 100 % en professionnel en dehors du terrain ? »

D’insistantes rumeurs, ainsi que des publications de l’intéressé et de sa compagne sur Instagram, ont par ailleurs pu mettre en exergue son goût pour la fête avant le confinement. Si bien qu’en février 2020, l’OL avait publié un communiqué pour « s’étonner des fausses informations relayées sur les réseaux sociaux faisant état d’éventuelles sorties nocturnes de Thiago Mendes ». Il n’empêche que Rudi Garcia y est allé de son petit tacle sur le sujet mercredi : « Est-ce qu’il se comportait à 100 % en professionnel en dehors du terrain ? Je n’en suis pas certain ».

Milton Cruz, qui a entraîné en 2015 à Sao Paulo (Brésil) Thiago Mendes, alors recruté au Goias EC, assure pourtant à 20 Minutes : « Avec nous, il a toujours été un grand professionnel et il s’est beaucoup investi. Il ne nous a jamais donné de fil à retordre hors du terrain ». Le natif de Sao Luis n’est-il pas tout de même souvent sujet à des difficultés d’adaptation, si on en croit aussi sa première saison mitigée au Losc, surtout après le remplacement de Marcelo Bielsa par Christophe Galtier ?

Juninho a bloqué ses envies de départ l’été dernier

« En arrivant à Sao Paulo, il a pu avoir quelques difficultés parce qu’il voulait tout de suite jouer tous les matchs, se souvient Milton Cruz. Puis il s’est vite imposé tant il était un joueur moderne, avec une intelligence de jeu lui permettant d’évoluer à toutes les positions au milieu. On avait vite repéré qu’il avait le potentiel pour jouer en Europe. Après, ça prend évidemment plus de temps de s’adapter à un autre continent. Mais il a un bon caractère, et si l’équipe l’aide, je suis convaincu qu’il va surmonter ces difficultés-là. »

Milton Cruz garde un très bon souvenir des deux saisons de Thiago Mendes à Sao Paulo (de 2015 à 2017).
Milton Cruz garde un très bon souvenir des deux saisons de Thiago Mendes à Sao Paulo (de 2015 à 2017). - Andre Penner/AP/SIPA

Cette difficile saison 2019-2020, conclue par un rôle de remplaçant très peu utilisé au Final 8 de la Ligue des champions, a poussé le Brésilien, sous contrat jusqu’en 2023 à Lyon, à envisager son avenir ailleurs l’été dernier. « Je voulais partir mais Juninho n’a pas voulu, confie-t-il. J’ai fait ce qu’il m’a dit : j’ai beaucoup travaillé et j’ai relevé la tête et inversé la tendance ». C’est peu de le dire : hormis ses trois matchs de suspension, notamment après son expulsion contre Neymar et le PSG en décembre (0-1), Thiago Mendes reste sur 12 titularisations lors des 13 dernières rencontres de L1 pour lesquelles il était disponible.

« Nous avons un seul objectif : gagner ce championnat »

« Le fait de l’avoir sorti de l’équipe type, voire du groupe, l’a fait réagir, constate Rudi Garcia avant la réception de Bordeaux. Sa qualité n’a jamais été remise en cause. Nous l’avons beaucoup soutenu parce qu’on savait qu’il avait un potentiel fort. » Le coach lyonnais, qui le considère comme le seul véritable milieu défensif de son effectif, reconnaît même avoir cherché à le faire venir à l’OM en 2018, après sa première saison lilloise.

Ici au duel avec Marco Verratti en avril 2019, Thiago Mendes s'était imposé comme l'un des meilleurs milieux de Ligue 1 avec le Losc.
Ici au duel avec Marco Verratti en avril 2019, Thiago Mendes s'était imposé comme l'un des meilleurs milieux de Ligue 1 avec le Losc. - Christophe Ena/AP/SIPA

Très influent tant à la récupération qu’à la construction du jeu (long et court), il semble trouver sa plénitude, à 28 ans, dans un secteur hyper concurrentiel, avec Lucas Paqueta, Houssem Aouar, Bruno Guimaraes et Maxence Caqueret. Et il ne manque pas d’ambition, au sein d’un OL pouvant redevenir provisoirement leader ce vendredi : « Nous avons un seul objectif : gagner ce championnat ».