OL-Girondins de Bordeaux : Une demi-volée d'anthologie et un tweet de la NASA, la folle soirée de Léo « Cafu » Dubois

FOOTBALL Le latéral droit lyonnais a offert un succès (2-1) plus que précieux à son équipe, vendredi contre Bordeaux. Et pas de n'importe quelle manière

Jérémy Laugier

— 

Tout l'effectif lyonnais s'est rué sur Léo Dubois après sa demi-volée décisive vendredi.
Tout l'effectif lyonnais s'est rué sur Léo Dubois après sa demi-volée décisive vendredi. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • L’OL a dû batailler pour venir à bout des Girondins de Bordeaux vendredi (2-1) et reprendre provisoirement la tête de la Ligue 1.
  • Le salut est venu du latéral droit Léo Dubois, auteur d’une hallucinante demi-volée se figeant dans la lucarne de Benoît Costil, au cours du temps additionnel.
  • Les comparaisons n’ont pas tardé à fuser après ce but de l’ancien Nantais, de Marco van Basten à Cafu. Même le compte Twitter officiel de la NASA n’est pas resté insensible à ce but.

Au Parc OL,

Second poteau Duboiiiiiiis… C’est plus fort que nous, découvrir un latéral droit en difficulté sur le plan défensif se fendre d’un but d’anthologie et diablement clutch, ça nous replonge le 30 juin 2018 à Kazan. Croyez-le ou non, mais dans quelques mois, cet OL-Bordeaux (2-1) à huis clos, vendredi à Décines, aura peut-être aux yeux des supporters lyonnais autant de saveur que le France-Argentine (4-3) d'un Mondial ayant révélé Benjamin Pavard.

On vient d’entrer dans le temps additionnel d’une rencontre partant dans tous les sens, et sur le point de mal tourner pour un Lyon fragile, comme deux semaines plus tôt face à Metz (0-1). Sinaly Diomandé et Houssem Aouar parviennent à vite mettre en position de centre Maxwel Cornet (c’est vous dire si l’action est bien lancée). L’Ivoirien trouve donc au second poteau Léo Dubois, monté en pleine surface dans ce money time.

4 buts en 157 matchs de L1 jusque-là, entre Nantes et l’OL

Complètement excentré côté droit, l’ancien Nantais contrôle face à Maxime Poundje. Il se laisse deux petits rebonds puis décoche une demi-volée soudaine et foudroyante. Avec l’aide du montant droit d’un Benoît Costil mystifié, celle-ci se révèle être inarrêtable. Comment un latéral de 26 ans, qui compte en carrière 4 buts inscrits en 157 matchs de Ligue 1, a-t-il pu signer pareil chef-d’œuvre permettant (provisoirement) à l’OL de retrouver la tête du championnat ?

« Il avait aussi marqué un but magnifique à Lorient (1-1, le 27 septembre 2020), rappelle Rudi Garcia. C’est un latéral moderne, offensif, avec une grande intelligence de jeu. Comme on le voit avec ce but Champions League, je trouve qu’il est dans une superbe période. » S’il s’est certes montré épatant la semaine passée, avec deux passes décisives lors du derby (0-5), Léo Dubois a tout de même souffert pendant les 90 minutes contre Bordeaux.

Le 27 septembre dernier, Léo Dubois avait déjà inscrit un but précieux en Ligue 1 à Lorient (1-1).
Le 27 septembre dernier, Léo Dubois avait déjà inscrit un but précieux en Ligue 1 à Lorient (1-1). - Fred TANNEAU / AFP

« Il n’y a que van Basten pour marquer un but comme ça »

Mais le temps additionnel a offert une séquence « venue d’ailleurs » (dixit Laurent Koscielny) à l’international tricolore (6 sélections), transformé en un Samuel Umtiti à White Hart Lane en 2013, pour un Tottenham-OL de Ligue Europa. Dans les travées du Parc OL, les références étaient encore plus prestigieuses vendredi soir. « Ce n’est même pas une occasion, il n’y a que van Basten pour marquer un but comme ça », soupire ainsi l’entraîneur bordelais Jean-Louis Gasset.

Le défenseur brésilien Marcelo, légèrement chambreur quant à l’intentionnalité de cette lourde frappe («Je pense qu’il voulait tirer, je l’espère », Dubois a confirmé que oui), y est aussi allé de sa comparaison : « On l’appelle tous Cafu maintenant car c’était un but magnifique ». Marco van Basten, Cafu… Léo Dubois n’est pas près d’oublier ce 29 septembre 2021, ponctué par un tweet encore plus improbable que ce but… de la part de la NASA (avec ses 43,4 millions d’abonnés)! L’agence gouvernementale américaine répond via un gif à une blague du compte international de l’OL. Rocket man, burning out his fuse up here alone.