Mort de Gérard Houllier : Klopp salue « un véritable entraîneur de légende » qui lui « manque déjà »

FOOTBALL L’actuel manager de Liverpool entretenait de très bonnes relations avec son prédécesseur

A.L.G. avec AFP

— 

Jurgen Klopp a à son tour rendu hommage à Gérard Houllier.
Jurgen Klopp a à son tour rendu hommage à Gérard Houllier. — LAURENCE GRIFFITHS / POOL / AFP

L’actuel manager de Liverpool, Jürgen Klopp, a lui aussi rendu hommage à Gérard Houllier, mort lundi à 73 ans. « C’est une véritable légende de Liverpool et un véritable entraîneur de légende », a salué Klopp sur le site internet du club. Sans avoir emmené les Reds aux hauteurs où les a propulsés l’Allemand (une Ligue des champions et un titre de Premier League), Gérard Houllier a remporté quatre grands trophées, dont un triplé inédit en 2001, au cours de ses six années passées à la tête du club de la Mersey durant lesquelles il a lancé les scousers Steven Gerrard et Jamie Carragher.

« Je n’oublierai jamais ce que cet homme a fait pour moi et ma carrière », lui a rendu hommage sur Instagram Gerrard, « dévasté ». « Rest in peace Boss », s’est épanché « Stevie G » dans un message accompagné d’une photo de lui et de Houllier se serrant dans leurs bras. « Il a vraiment influencé ce jeu, estime Klopp. C’était un grand entraîneur, mais aussi un être humain qui dégageait un sentiment très chaleureux quand on le côtoyait. Pour nous tous, c’est une grande perte et un jour vraiment triste. »

« Il me manque déjà »

« Je l’ai rencontré avant de venir à Liverpool et je le connaissais un peu à l’époque, raconte Klopp, arrivé à Anfield en 2015. Quand je suis arrivé ici, l’un des premiers messages que j’aie reçus – et je ne savais même pas qu’il avait mon numéro – était de Gérard Houllier. Il m’a vraiment soutenu dès le premier jour. » « Gérard m’envoyait des messages et me disait "ça, c’était bien… ça, c’était mal… Je connais cette situation…" et tout ce genre de choses, détaille ensuite Klopp. C’était une personne vraiment, vraiment, vraiment gentille et douce. Il me manque déjà. »