Napoli : Carlo Ancelotti démis de ses fonctions malgré la victoire et la qualif, Gattuso en approche ?

FOOTBALL La rumeur du départ de Carlo Ancelotti planait dans l'air depuis un petit moment du côté du Napoli 

A.L.G. avec AFP

— 

Carlo Ancelotti n'est plus le coach du Napoli.
Carlo Ancelotti n'est plus le coach du Napoli. — Insidefoto/Sipa USA/SIPA

Le club de football de Naples a annoncé avoir démis de ses fonctions l’entraîneur italien Carlo Ancelotti mardi soir, malgré la victoire (4-0) contre Genk et la qualification du club pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Mardi soir, la plupart des médias sportifs italiens s’accordaient à dire qu’Ancelotti serait remplacé par Gennaro Gattuso, dont il est très proche depuis qu’il a été son coach à l’AC Milan. « La valise d’un entraîneur » est « toujours prête » avait affirmé mardi Ancelotti, alors que les rumeurs de son départ et de l’arrivée de Gattuso à son poste commençaient déjà à se répandre.

Et le festival offensif réalisé par son équipe face au modeste Racing Genk n’aura pas suffi à faire oublier le triste tableau qu’offre actuellement le Napoli, seulement 7e en Serie A, après sept matchs sans victoire.

Le coach aux trois Ligue des champions – deux avec l’AC Milan (2003, 2007) une avec le Real Madrid (2014) – aura donc surtout payé les mauvais résultats du club en championnat, où il n’a pas toujours pas renoué avec la victoire samedi, se contentant d’un triste nul sur la pelouse de l’Udinese (1-1).

Ambiance de défiance au Napoli

L’aventure napolitaine d’Ancelotti se termine donc après 18 mois sans éclat, marqués par une deuxième place en Serie A la saison dernière et la belle qualification obtenue cette année en Ligue des champions.

Son départ intervient paradoxalement après un succès, que son club attendait depuis longtemps, puisqu’il restait en tout sur neuf matchs sans victoire, sept en Serie A et deux en Ligue des champions.

Cette décision acte la rupture​ entre un groupe, son coach et la direction du club. Le Napoli est en effet en crise ouverte depuis début novembre et la décision des joueurs de ne pas respecter une mise au vert décrétée par le président Aurelio De Laurentiis.

Cette mutinerie a poussé De Laurentiis à lancer une procédure disciplinaire sous forme de retenues sur les salaires du mois de novembre, pouvant aller jusqu’à 50 %. Cette procédure doit encore être validée par le Collège arbitral de la fédération italienne.