Mercato Bordeaux: Jules Koundé à Séville, grosse perte sportive ou une belle vente pour les Girondins?

FOOTBALL Le jeune défenseur s’est engagé ce mercredi pour cinq ans avec le club andalou

Clément Carpentier

— 

Jules Koundé espère encore disputer l'Euro Espoirs en juin prochain.
Jules Koundé espère encore disputer l'Euro Espoirs en juin prochain. — Nicolas Tucat / AFP
  • Jules Koundé était l’un des meilleurs joueurs des Girondins depuis un an et demi.
  • Le club va récupérer un très joli pactole de 25 millions d’euros.
  • Cette vente ne change rien à la possible venue de Laurent Koscielny.

C’est l’éternel dilemme quand un jeune joueur français à fort potentiel est sollicité par un gros club étranger. Faut-il tout faire pour le garder quitte à refuser des offres conséquentes ou se résigner à accepter quitte à perdre l’un des meilleurs joueurs de son équipe, voire le meilleur ? On ne trahira pas de secret en affirmant que l’entraîneur vote souvent pour la première option et que le propriétaire soutient toujours la seconde.

Jules Koundé a dit au revoir à ses anciens coéquipiers ce mardi avant de s'engager avec Séville.
Jules Koundé a dit au revoir à ses anciens coéquipiers ce mardi avant de s'engager avec Séville. - NICOLAS TUCAT / AFP

Aujourd’hui, le transfert du prometteur défenseur des Girondins, Jules Koundé, à Séville pour 25 millions d’euros et un pourcentage à la revente, rentre dans ce cadre. En effet, cette question, Hugo Varela, Eduardo Macia et Paulo Sousa ont dû forcément se la poser d’autant plus que « la vente du joueur n’était pas prévue » si l’on en croit le directeur du football du club. D’ailleurs dans un premier temps, le club a repoussé les offres du club andalou dont une de 20 millions d’euros.

Pilier de l’équipe et digne représentant de la formation

Il faut dire que Jules Koundé n’était pas devenu n’importe qui en l’espace d’un an. Depuis son premier match avec l’équipe professionnelle en janvier 2018, il était tout simplement le joueur de l’effectif le plus utilisé avec son gardien de but et capitaine, Benoît Costil. Il avait disputé 55 des 57 derniers matchs de Ligue 1. Et peu importe l’entraîneur (Gourvennec, Poyet, Bedouet ou Sousa). « Malgré son jeune âge et les difficultés du club à répétition, il a tenu la baraque et ça, ça veut dire quelque chose. Il a un très gros potentiel », confie un ancien entraîneur de notre championnat.

Le nouvel entraîneur portugais des Girondins l’avait même installé comme la pierre angulaire de sa défense modulable (arrière droit en phase défensive et troisième central en attaque). Une décision qui n’a pas aidé Jules Koundé, souvent perdu et auteur de quelques boulettes en fin de saison. Malgré ces petites erreurs, c’est une perte importante sur le terrain mais aussi en termes d’image. Issu du centre de formation, le Girondin à la tête bien faite symbolisait la réussite du club à ce niveau-là.

Deuxième plus gros transfert de l’histoire du club

Mais le football reste un business. Il l’est même de plus en plus. Il faut donc bien sûr faire avec le compte en banque en particulier pour les nouveaux propriétaires américains des Girondins qui vivent à crédit. Et quand Séville est revenu à la charge avec une proposition de 25 millions d’euros… Dur, très dur de dire non. Encore plus pour un joueur qui n’a qu’un an et demi de Ligue 1 dans les jambes et qui n’a pas confirmé tout son potentiel lors de sa deuxième saison. Ce transfert de 25 millions d’euros, c’est tout de même :

  • Le deuxième plus gros transfert de l’histoire des Girondins de Bordeaux après celui de Malcom au Barça (41 millions euros).
  • Le plus gros transfert de l’histoire du FC Séville.

Et pour la petite histoire, c’est aussi une année de budget pour le petit club de La Brède en Gironde comme le précise Sud Ouest. Celui-ci va toucher environ 200.000 d’indemnités de formation.

« Franchement, si c’est vraiment le bon montant, c’est incontestablement une bonne affaire financière. Après la perte sportive, ça dépend de la manière dont vous allez utiliser l’argent. Si c’est pour prendre de bons joueurs, il n’y a pas de problème. Mais, j’ai comme un doute… », glisse à 20 Minutes un dirigeant français proche du club. En effet, la stratégie du club ne va pas changer du jour au lendemain.

Ça ne change rien au dossier Koscielny

Le symbole de cela, c’est la succession du jeune Bordelais et la possible venue de Laurent Koscielny selon L’Equipe. « Le dossier Koscielny n’a rien à voir avec le départ de Jules Koundé. Les discussions ne datent pas d’hier mais depuis bien plus longtemps », explique aujourd’hui un proche du dossier. Reste que cet argent pourrait tout de même aider à l’arrivée de l’international français. Avant de savoir s’il sera libéré de sa dernière année de contrat par Arsenal, il faut parler salaire. Et là, ça peut faire mal à la tête.

Selon plusieurs sources, Laurent Koscielny percevrait actuellement un salaire de 4,4 millions d’euros à l’année. C’est-à-dire, plus de 365.000 euros par mois. A titre de comparaison, la saison dernière, le joueur le mieux payé de l’effectif bordelais était Yann Karamoh avec un salaire mensuel de 210.000 euros. Autant dire qu’il y a un fossé…