TFC-PSG: Polémique sur le prix des billets, fronde des supporters… Drôle d’ambiance avant le match de la saison à Toulouse

FOOTBALL Avec un billet premier prix à 70 euros, le match de Ligue 1 entre le TFC et le PSG, dimanche, suscite des crispations

Nicolas Stival

— 

Le 10 février 2018, le match entre le TFC et le PSG s'était joué à guichets fermés au Stadium de Toulouse.
Le 10 février 2018, le match entre le TFC et le PSG s'était joué à guichets fermés au Stadium de Toulouse. — P. Pavani / AFP
  • Pour le TFC, la venue du Paris Saint-Germain est l’affiche de la saison.
  • Avec une politique tarifaire chère et controversée, le Stadium est encore loin d’être rempli pour le match de dimanche soir.
  • Avec le boycott des Indians, principal animateur de l’enceinte toulousaine, l’ambiance risque d’être très pro parisienne.

Jeudi matin à l’entraînement du TFC, le sujet revenait encore et toujours chez les habitués de l’île du Ramier. « C’est aussi cher que la finale de la Ligue des champions », pestait un supporter toulousain de longue date. Le prix des places pour assister au choc de la saison face au Paris Saint-Germain, ce dimanche à 21h, fait jaser depuis des semaines dans le « mundillo » violet : entre 70 et 120 euros. Le tarif le moins cher a augmenté de 25 euros par rapport à la saison dernière.

Concernant les visites en province du PSG lors de l’actuel exercice, on ne trouve plus cher qu’à Marseille (80 euros pour le prix d’appel le 28 octobre dernier, si l’on enlève les places « mauvaise visibilité » à 55 euros). Lille, dauphin de l’intouchable leader de L1, a fixé un premier prix à 32,50 euros pour l’affiche du 14 avril. Lyon (troisième), à 49 euros lors de son exploit (2-1) le 3 février. Et lors de Saint-Etienne - PSG (le 17 février), l’éventail allait de 17 à… 70 euros en « carré légende ».

Les Indians présents à l’entraînement, pas au match

Pour les Indians Tolosa, le groupe ultra qui ambiance le virage Brice-Taton, avec ces « tarifs exorbitants », les dirigeants du TFC « ont choisi délibérément de laisser ce match aux consommateurs et aux "fans" occasionnels de l’équipe adverse. » Autrement dit, aux Toulousains qui ne viennent au Stadium qu’une fois l’an, un maillot de Mbappé ou (plus rare) de Choupo-Moting sur les épaules. Les Indians ont donc décidé de boycotter la rencontre, mais d’aller supporter les joueurs lors de la mise en place, samedi.

La saison dernière, la même affiche s’était jouée le 10 février 2018, dans une enceinte à guichets fermés depuis deux mois, devant près de 32.000 spectateurs (victoire parisienne, 0-1). Mercredi, le club a indiqué que 24.000 supporters avaient « pris date » pour dimanche, dans un communiqué publié pour réagir aux critiques.

Flop de l’opération de com'

Le TFC n’a pas évoqué directement le prix des places pour ce match, mais a indiqué que « le tarif moyen d’un match au Stadium sera cette saison inférieur à 8,50 € pour tous les abonnés » et évoqué « des tarifs d’abonnement parmi les plus bas de la Ligue 1 ». Au vu des réactions à ce texte sur les réseaux sociaux, on ne peut pas dire que l’opération de communication a atteint sa cible…

Indépendamment du prix des places, le contexte général n’aide pas à remplir le Stadium : match déplacé au dimanche soir, avec la concurrence directe du Carnaval, intérêt sportif discutable (le TFC, 14e de Ligue 1, est quasiment sauvé, le PSG bientôt champion mais éliminé de la C1), absences de stars comme Neymar et Cavani… Aux joueurs toulousains de mettre la pression d’entrée de match, pour ne pas laisser leur enceinte se transformer en mini-Parc des Princes.