TFC-PSG: Avant le Real, le PSG «avait peut-être un peu la tête ailleurs», avoue Adrien Rabiot

FOOTBALL Sans convaincre, Paris a logiquement dominé Toulouse (0-1), samedi au Stadium. Place maintenant au Real Madrid, mercredi à Bernabeu…

Nicolas Stival

— 

La joie parisienne après le but vainqueur de Neymar à Toulouse, le 10 février 2018.
La joie parisienne après le but vainqueur de Neymar à Toulouse, le 10 février 2018. — P. Pavani / AFP
  • Porté par un excellent Neymar, le PSG n’a pas trop forcé à Toulouse.
  • Adrien Rabiot reconnaît que le match de Ligue des champions, mercredi chez le Real Madrid, est déjà dans les têtes parisiennes.

C’est Kylian Mbappé, la tête des mauvais jours, qui a ouvert le bal des Parisiens quittant le Stadium de Toulouse ce samedi soir, après la petite victoire du PSG (0-1). D'autres, comme les remplaçants du jour Javier Pastore ou Thomas Meunier, avaient le sourire. Mais seuls Marquinhos et Adrien Rabiot ont daigné s’arrêter devant la foule bigarrée des journalistes français, brésiliens et espagnols, venus renifler la bête avant le choc de mercredi à Madrid. La star Neymar a rejoint quant à elle le bus parisien encadrée par trois hommes, venus le « protéger » de la presse.

>> A lire aussi : La lumière est venue de Neymar... Revivez Toulouse-PSG en live

« On a bien tenu jusqu’à la fin, c’est une victoire méritée », a estimé Marquinhos, capitaine puisque Thiago Silva est resté sur le banc. Difficile de le contredire. En revanche, la suite est plus discutable : « On a fait une bonne prestation, en ne concédant aucune occasion. » Mouais…

Marquinhos, noyé derrière une forêt de journalistes.
Marquinhos, noyé derrière une forêt de journalistes. - N. Stival / 20 Minutes

A 0-0, Alphonse Areola a tout de même sauvé Paris sur une tête plongeante de Yaya Sanogo, à la réception d’un centre de Max-Alain Gradel qui venait de croquer le fantôme de Dani Alves (14e). Et en l’absence d’Edinson Cavani, ménagé pour LE rendez-vous de mercredi à Madrid, c’est le génie Neymar qui a fait la différence, avec notamment un but (68e), un poteau (78e) et une barre (80e). Auparavant, le portier toulousain Alban Lafont avait longtemps retardé l’échéance.

Quatre jours avant le huitième de finale aller de Ligue des Champions à Bernabeu, Paris n’a pas forcé son talent, à l’image de la « nouvelle » sentinelle Lassana Diarra ou même d’Adrien Rabiot, toujours franc du collier. « On a fait le travail en Coupe de France [mardi à Sochaux] et ici, a lâché le milieu international français. On a fait ce que l’on avait à faire même si on avait peut-être un peu la tête ailleurs aussi ce soir. »

« Il faut éviter de jouer ce match avant car cela pourrait nous jouer des tours. »

Leader très tranquille en Ligue 1, le PSG sait que sa saison sera jugée à la longueur de son parcours européen. « On travaille tous depuis tout petit pour jouer ce genre de match contre des joueurs de ce calibre », a récité Marquinhos. « C’est un match important pour nous et important pour le club, selon Rabiot. Maintenant que le match de Toulouse est passé on peut y penser et on est très impatient d’y être. Mais il faut éviter de le jouer avant car cela pourrait nous jouer des tours. »

Unai Emery​ doit désormais faire ses choix pour Madrid, dont il a exclu Thiago Motta, trop juste pour un tel choc selon l’entraîneur espagnol. Reste à savoir si le technicien osera sortir Alves, le grand ami de la star Neymar, pour titulariser le plus fiable Thomas Meunier à droite de la défense.