Lens-Valenciennes: Les Sang et Or n'avancent plus et tirent la langue

FOOTBALL Auteur d’un nul in extremis ce samedi dans le derby contre VA (1-1), Lens n’a plus gagné depuis cinq matchs en Ligue 2…

Francois Launay

— 

Le Valenciennois Karaboué à la lutte avec le Lensois Duverne
Le Valenciennois Karaboué à la lutte avec le Lensois Duverne — L.Mazure/Ma Ligue 2

Bien sûr, ça aurait pu être pire. À une minute près, le Racing allait s’incliner pour la troisième fois d’affilée à domicile en championnat et perdre ses deux derbies de la saison contre son voisin valenciennois. Heureusement, l’égalisation de Cvetinovic dans le temps additionnel sauve les apparences (1-1). Mais si Lens a sauvé son honneur, ses problèmes sont toujours bel et bien là.

Cinq matchs d’affilée sans victoire en Ligue 2

Avec ce nul, le club artésien signe un cinquième match d’affilée sans victoire en Ligue 2. Alors qu’on le croyait définitivement sorti d’affaire, le spectre de la relégation revient hanter le Racing. Seizième au classement, Lens n’a plus que cinq points d’avance sur Quevilly-Rouen (18e) chez qui les Sang et Or se déplaceront dans dix jours. Bref, pas de quoi pavoiser même si Eric Sikora préfère pointer du doigt le calendrier.

>> A lire aussi : A Valenciennes, Sloan Privat a enfin retrouvé le plaisir de jouer

« On oublie d’où on vient », rappelle Eric Sikora

« Quand on en est à 9 matchs en 34 jours, les joueurs sont un peu émoussés et encore on a bien terminé mais dans le dernier geste, la fatigue se fait sentir un peu », explique l’entraîneur lensois qui ne veut pas dramatiser cette mauvaise passe.

« Le RC Lens ne va pas finir premier de la Ligue 2. On oublie d’où on vient. Il ne faut pas non plus oublier qu’on s’est qualifié en coupe de France et qu’on est allé battre Nîmes en championnat. On ne peut pas dire qu’on travaille mal », poursuit le technicien artésien.

Reste que Lens avance un peu au ralenti. Certes, le club s’est qualifié pour les quarts de finale de la coupe de France et a de quoi égayer sa fin de saison. À condition de vite redresser la barre en championnat et éviter de se faire peur jusqu’au bout.