VIDEO. Coupe de France: «Bastia n'est pas une équipe agressive, c'est une connerie»

INTERVIEW Les deux anciens Bastiais Yannick Cahuzac et Jean-Louis Leca, désormais à Toulouse et à Lens, se confient sur leur ancien club, Bastia, qu’ils ont quitté lors de sa rétrogradation, à l’été 2017

Propos recueillis par Jean Saint-Marc

— 

Jean-Louis Leca et Yannick Cahuzac ont tout connu avec Bastia.
Jean-Louis Leca et Yannick Cahuzac ont tout connu avec Bastia. — Photos : SIPA. Montage : J.S.-M.
  • Yannick Cahuzac regarde tous les matchs à l’extérieur du Sporting Bastia, son club formateur, dont il a été le capitaine pendant douze ans (entre 2005 et 2017).
  • Jean-Louis Leca, emblématique gardien de but de cette équipe entre 2004 et 2008 puis entre 2013 et 2017, suit lui aussi les exploits de la nouvelle génération.
  • Désormais en National 3 (cinquième division), Bastia dispute les huitièmes de finale de Coupe de France, face aux professionnels de Caen, ce mardi (21 heures). Le club corse pourra compter sur son public.

Ils ont à leur palmarès plusieurs montées, d’épiques maintiens, de nombreux matchs homériques… Et un paquet de biscottes. Dix cartons jaunes et deux rouges en 123 matchs à Bastia pour le gardien Jean-Louis Leca. 96 jaunes et 5 rouges en 298 rencontres pour Yannick Cahuzac. Aujourd’hui sous contrat à Lens et Toulouse, les deux hommes se confient sur leur ancien club. Seul club de cinquième division encore en lice dans cette  Coupe de France, Bastia va tenter de faire un exploit ce mardi (21 heures) face à Caen.

Est-ce que c’est émouvant de voir son ancien club goûter de nouveau au professionnalisme, même le temps d’un seul match ?

Jean-Louis Leca : Quand on est passionnés, qu’on a été supporters depuis tout jeune, avoir porté ce maillot ensuite… C’est une grande fierté pour moi. Ce maillot bleu, c’est le maillot de la Corse, tout simplement.

Yannick Cahuzac : Je suis leurs matchs dès que possible, surtout à l’extérieur car les matchs sont retransmis sur Facebook. Ça fait chaud au cœur de les voir à ce niveau en Coupe de France !

Pensez-vous qu’ils sont armés pour faire un exploit et éliminer Caen ?

J.-L. L. : Les joueurs font un super championnat. Je suis le club tous les jours. Caen ne va pas jouer contre des agneaux, c’est sûr ! C’est une région qui a des valeurs, qui ne se laisse pas marcher dessus.

Personne n’est mort à Furiani ! A part les pauvres qui venaient juste voir un match de foot, le 5 mai 1992… »

Y. C. : Ils se sont donné les moyens de monter cette année en National 2 en faisant un très bon recrutement. Contre Caen, ils sont capables, sur un match, de créer l’exploit, surtout à domicile, avec ce public !

Des équipes continentales décrivent Bastia comme une équipe rugueuse et Furiani comme un « coupe-gorge ». Des échauffourées ont éclaté lors de la saison 2016-17 (menaces envers Lucas, à l’été 2016 ; cris racistes en direction de Balotelli, en janvier 2017 ; bagarre générale avec les joueurs lyonnais en avril 2017). Bastia est-elle une équipe agressive ?

J.-L. L. : Pour le moment, personne n’est mort à Furiani ! (Il se corrige). Hormis ceux qui sont décédés, les pauvres, quand ils sont venus voir un match le 5 mai (1992). Cette histoire de coupe-gorge c’est complètement débile, je n’ai même pas envie de répondre à cette question. On n’est pas dans un pays en insécurité ! C’est sûr que quand vous changez de continent, vous arrivez sur une petite île. Il y a les mythes sur Furiani qu’on se raconte… Ça participe à cette impression.

Y.C. : C’est une grosse connerie, ce truc du coupe-gorge. Beaucoup de journalistes ont donné cette image. Il y a certes eu des débordements, comme dans tous les stades. Il faut distinguer combativité et agressivité. Pour tous les joueurs passés à Bastia et qui ont joué ailleurs, on a toujours parlé d’une agressivité saine, d’une combativité. Pas d’un jeu rugueux. On a eu des Ryad Boudebouz, Alexandre Song, Wahbi Khazri, Florian Thauvin et je peux en citer des centaines encore. Ont-ils des profils de joueurs rugueux, de joueurs méchants ? Non. Ceux qui pensent que Bastia est un club de méchants, de voyous… Ben c’est faux.