Caen-TFC: Oh le coup de bambou! Toulouse plombé dans les arrêts de jeu par «une erreur de jeunesse»

FOOTBALL Alors qu’il tenait le match nul chez un concurrent pour le maintien en Ligue 1, le TFC a perdu dans les arrêts de jeu à Caen, sur un penalty concédé par Bafodé Diakité (17 ans)…

Nicolas Stival

— 

Le défenseur du TFC Bafodé Diakité (17 ans), dégoûté après avoir concédé le penalty vainqueur de Caen, le 18 décembre 2018.
Le défenseur du TFC Bafodé Diakité (17 ans), dégoûté après avoir concédé le penalty vainqueur de Caen, le 18 décembre 2018. — Ch. Triballeau / AFP
  • Barragiste avant ce match de Ligue 1, Caen revient à un point de Toulouse.
  • Une erreur d’appréciation du jeune Diakité a précipité la défaite du TFC.
  • Les Violets joueront leur dernier match de 2018 samedi à Lille.

Ne pas laisser un adversaire direct reprendre du terrain et de la confiance. C’était l’objectif du TFC, 15e de Ligue 1, avant son déplacement ce mardi soir à Caen, 18e et barragiste. Et il est raté, à cause d’un penalty encaissé tout au bout des arrêts de jeu (2-1). Vainqueur d’un match décalé de trois jours pour cause de «gilets jaunes», le Stade Malherbe met fin à une série de neuf matchs sans victoire en L1 et revient à une longueur des Violets.

Bafodé Diakité, erreur fatale

Cruel comme le foot. Pour sa deuxième apparition en Ligue 1, le tout jeune Bafodé Diakité (17 ans) a signé une nouvelle prestation solide, sur son flanc droit. Jusqu’aux arrêts de jeu. Alors que le TFC tenait le nul, le pitchoune a voulu laisser sortir le ballon en sortie de but. Mais Evens Joseph, à peine plus âgé (19 ans) l’a piégé, avant que Diakité ne déséquilibre le remplaçant normand dans la surface.

Résultat : VAR et penalty converti par Fayçal Fajr (90e+9). « C’est peut-être une erreur de jeunesse, ou l’attaquant qui joue bien le coup », a laissé tomber Baptiste Reynet, sur beIN SPORTS. Le gardien des Violets avait auparavant signé deux superbes interventions devant le même Joseph (73e) puis face à Saïf-Eddine Khaoui (78e). Pour rien.

Alain Casanova a changé une équipe qui gagne

On s’attendait au maintien des vainqueurs de Reims, le 5 décembre (0-1), la première victoire toulousaine depuis début septembre. Mais, s’il avait reconduit la défense efficace en Champagne (Amian-Mbia-Moubanje), Alain Casanova avait aussi effectué quatre changements dans son équipe en 3-4-3.

Si le retour de Reynet dans les buts (suspension purgée) était attendu, les titularisations de Yannick Cahuzac au milieu, de Matthieu Dossevi et Firmin Mubele en attaque, l’étaient moins. Le Corse a apporté sa hargne proverbiale, mais le Togolais et le Congolais ont trop peu pesé.

Max-Alain Gradel croyait avoir fait le plus dur

Il n’a pas tout réussi, comme ce coup franc complètement raté à l’heure de jeu. Mais encore une fois, Max-Alain Gradel a été le principal dynamiteur du secteur offensif toulousain. C’est le capitaine ivoirien qui s’est procuré un penalty, accordé après recours au VAR, avec une frappe repoussée du bras par le défenseur caennais Paul Baysse.

Et c’est lui qui s’est chargé de le transformer, pour égaliser (44e), au terme d’une première mi-temps copieusement dominée par Caen, qui menait depuis la 18e minute grâce à un tir lointain de Khaoui.

Ce sixième but de Gradel cette saison n’a donc pas suffi. Le chapon de Noël risque d’avoir un drôle de goût à Toulouse, sauf si le TFC signe un improbable exploit samedi à Lille, chez le dauphin du Paris Saint-Germain.