«Y a plus important que le prix du carburant, y a MPG», la crise des «gilets jaunes» touche aussi le foot virtuel

FOOTBALL La journée de Ligue 1 va être tronquée, et ça crée une polémique sans précédent dans le milieu de la fantasy league…

B.V. et A.L.G

— 

La vie en fantasy
La vie en fantasy — Montage 20 Minutes
  • Les rassemblements des « gilets jaunes » samedi un peu partout en France ont poussé les autorités françaises à annuler la plupart des matchs de Ligue 1 du week-end, afin d’avoir à sa disposition le plus de forces de l’ordre possible sur le terrain.
  • Ces annulations en cascade ont créé un mini-séisme dans le monde des accros au jeu « Mon Petit Gazon », soucieux de ne pas perdre leur match contre leurs amis ou collègues de bureaux.
  • Entre les partisans du « on annule la journée mpg » et ceux qui veulent à tout prix jouer, le débat fait rage. Explications.

« C’est un peu ce moment où le virtuel a pris le pas sur le réel ». Martin Jaglin, l’un des créateurs de la fantasy league ultra-populaire Mon Petit Gazon (mpg pour les intimes), ne comprend pas trop ce qui lui arrive. Depuis que les préfets demandent un par un l’annulation des matchs de Ligue 1 en raison des manifestations de « gilets jaunes » attendues ce week-end, le chaos est total dans la large communauté de joueurs (300 à 400.000 personnes, quand même). Comprenons-nous bien: tout le monde se fout royalement de savoir que Lyon-Toulouse soit reporté. Le problème, c’est que ça risque de fausser vos championnats « mpg ».

Rappel rapide des règles pour les non-initiés aux fantasy leagues. Chaque semaine, votre équipe affronte virtuellement celle d’un collègue/ami/amant et se base sur les performances « réelles » pour faire le score. En clair, si j’ai Nolan Roux dans mon équipe et qu’il plante deux buts avec Guingamp dans la vraie vie, et ben je marque deux buts virtuels. Les joueurs sont tous notés et chaque note peut peser dans la balance. On en arrive au fait :

« Comment fait-on pour faire nos matchs virtuels si la moitié des matchs réels sont annulés ? »

Depuis le début des annonces de reports de matchs, la situation est devenue intenable entre ceux qui souhaitent que la journée « mpg » soit maintenue et ceux qui souhaitent qu’elle soit annulée. Sur les réseaux sociaux du jeu, c’est une véritable guerre civile.

Voici quelques exemples :

Débats enflammés sur MPG
Débats enflammés sur MPG - Capture d'écran

Les boucles WhatsApp s’affolent, L'Equipe sort son « guide de survie » pour journée tronquée, #Pasdejournéempg devient ainsi un trending topic sur Twitter jeudi. « Au début, au fur et à mesure que les matchs étaient annulés, on restait droit dans nos bottes : on maintient la journée, raconte Martin Jaglin. Et puis on a commencé à recevoir des messages sur Facebook, sur Twitter, des SMS et même des coups de fils perso. C’est devenu intrusif et agressif. »

Chacun défend sa paroisse, et tout le monde joue gros. Celui qui écrit ses lignes, par exemple, doit battre son rival légendaire pour lui arracher le titre à la dernière journée . Comment faire quand 80 % de ses ne joueront pas ? J’ai choisi de vendre en dernière minute tous mes meilleurs joueurs de clubs dont les matchs sont annulés pour acheter des vagues titulaires sur des matchs maintenus et espérer un miracle, genre un but de Benjamin Jeannot. Si la journée « mpg » est annulée, j’aurai lâché tous mes meilleurs joueurs pour une bouchée de pain, façon panic-buy de fin de mercato, et je serai à poil le week-end prochain.

Un référendum

Bref, c’est la crise. « La conséquence c’est que chacune des équipes, il lui reste deux ou trois plots de Guingamp et Dijon. Donc on peut déjà s’avancer et dire qu’il y aura beaucoup de matchs nuls ou de 0-0, prophétise Momo, fan du jeu et auteur du majestueux commentaire que vous avez lu plus haut. Je suis supporter du Losc mais quand j’ai vu l’annulation des matchs, j’ai évidemment d’abord pensé à « mpg ». Y a plus important que le prix du carburant, y a « mpg » putain ! ».

Lui a décidé « de ne rien faire » par rapport à son équipe: « Je n'ai pas voulu revendre mes bons joueurs pour m’acheter des peintres en intérim ». Il a visiblement bien fait. Sous la pression populaire, les autorités de « mpg » ont craqué. Vendredi matin, un « référendum » a été lancé sur Facebook et Twitter avec une question simple : pour ou contre l’annulation de la journée « mpg ». En deux heures, plus de 50.000 votes. « On s’est demandé à quel moment on change les règles, explique Martin Jaglin. Le truc qui a fait basculer, c’est l’annulation du match de Nîmes-Nantes, jeudi soir, qui fait passer la barre des matchs annulés au-dessus des 50 %. C’est un jeu qui appartient à sa communauté alors c’est elle qui décide. »

Peu après 14h, le couperet du vote est tombé: journée annulée. « Pour trancher, on a choisi la démocratie car c’est la moins mauvaise des solutions, comme disait Churchill », conclut Martin Jaglin. Pour le coup, je l’aime bien Churchill, mais moi il m’arrange moyen.