Guéguerre OL-OM: Jean-Michel Aulas demande à Nathalie Boy de la Tour de «sonner la fin de la récréation»

FOOTBALL Le président de l’OL est revenu ce dimanche sur le climat électrique de la fin de semaine…

Jérémy Laugier
— 
Jean-Michel Aulas a notamment échangé ces derniers jours avec Noël Le Graët au sujet sur contexte extrêmement tendu entre l'OL et l'OM.
Jean-Michel Aulas a notamment échangé ces derniers jours avec Noël Le Graët au sujet sur contexte extrêmement tendu entre l'OL et l'OM. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Après la qualification de son équipe féminine pour la finale de la Ligue des champions, Jean-Michel Aulas est revenu sur la fracassante fin de semaine médiatique, marquée par l’interview de Jacques-Henri Eyraud dans « L’Equipe ».
  • Le président de l’OL, taclé par son homologue marseillais, annonce qu’il va l’appeler lundi « pour lui dire qu’il faut stopper la surenchère verbale ».

Lorsqu’il s’est présenté ce dimanche face aux médias pour évoquer la nouvelle « fantastique » qualification de ses joueuses pour la finale de Ligue des champions, Jean-Michel Aulas se doutait qu’il n’allait pas pouvoir éluder cette orageuse fin de semaine, entre les déclarations de Jacques-Henri Eyraud et celles de Mourad Boudjellal.

« Il y a beaucoup d’enjeux en Ligue 1 et on voit que ça génère parfois excès et jalousie, a d’abord évoqué le président lyonnais. Il faut non seulement gagner mais aussi résister à la pression ambiante qui n’est pas toujours du meilleur des goûts ». A ce sujet, JMA a vite répondu au mini-imbroglio Boudjellal, revenu sur sa saignante sortie médiatique de samedi en invoquant « le second degré ».

« J’avais lu son bouquin [''Un président devrait dire ça plus souvent''] qui était dithyrambique sur un certain président de Lyon devant être le modèle pour les clubs professionnels de foot comme de rugby. Je préfère la version du jour que celle d’hier. Quelquefois, quand on vieillit, on perd l’utilisation du second degré, donc je suis déjà au troisième degré. »

« Il faut stopper la surenchère verbale »

Pour le reste de cette embrouille post-commission de discipline avec l’OM, Jean-Michel Aulas s’est dit « meurtri » par « un certain nombre de déclarations difficilement excusables ». Il est, selon lui, « inacceptable d’attaquer un garçon comme Anthony Lopes ».

Puis le dirigeant lyonnais a glissé plusieurs informations : il appellera lundi Jacques-Henri « pour lui dire qu’il faut stopper la surenchère verbale », qui « dépasse le sens des responsabilités ». Il a aussi indiqué s’être projeté sur la possible qualification marseillaise en finale de Ligue Europa le 16 mai avec le ministre de l’Intérieur (Gérard Collomb) et la maire de Décines (Laurence Fautra) : « Tout le monde redoute, dans les excès, qu’on ne puisse plus arrêter cet engrenage. Il faut qu’on se parle ».

« Il faut que Nathalie Boy de la Tour assume »

A ce sujet, il vise évidemment Jacques-Henri Eyraud, mais aussi Noël Le Graët, qu'il a eu au téléphone et qui lui a annoncé « vouloir réunir » les présidents des deux Olympiques. Enfin, JMA a annoncé avoir parlé avec Nathalie Boy de la Tour, qui a selon lui un rôle clé.

« Je pense qu’il faut que le président de la Ligue sonne la fin de la récréation. Elle est responsable de l’institution et il faut qu’elle assume les attaques contre des commissions ou des personnes. »

>> A lire aussi : Rivalité OL-OM: Boy de la Tour «déplore l'image négative» et «appelle au calme»