Lyon: L’OL trouve l’interdiction de déplacement de ses supporters à Metz «incohérente»

FOOTBALL Trois semaines après le match à Marseille, les supporters de l'OL sont également privés de la rencontre de Ligue 1 à Metz dimanche (17 heures)...

Jérémy Laugier

— 

Un pétard avait explosé tout près d'Anthony Lopes lors du match Metz-OL de la saison passée, qui avait dû être rejoué à huis-clos.
Un pétard avait explosé tout près d'Anthony Lopes lors du match Metz-OL de la saison passée, qui avait dû être rejoué à huis-clos. — JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
  • La rencontre Metz-OL de dimanche (17 heures) s’ajoute à l’interminable liste de matchs de Ligue 1 disputés sans supporters visiteurs.
  • Le club lyonnais ne comprend pas cette interdiction de déplacement décidée par la préfecture de Moselle.

Plutôt épargnés jusque-là cette saison, les supporters lyonnais viennent de subir mardi leur deuxième interdiction de déplacement consécutive. Après le choc à Marseille (2-3), ils vont ainsi manquer le match à Metz dimanche (17 heures), en raison d'un arrêté de la préfecture de Moselle. Ce dernier pointe notamment « une attente très forte des deux clubs vis-à-vis de ce match et la tendance de certains supporters à se comporter de manière violente ».

L’arrêté préfectoral fait aussi référence « aux graves incidents ayant émaillé l’avant-match, la rencontre, puis l’après-match » la saison passée, le 3 décembre 2016 à Metz, avec « des rixes » entre groupes de supporters des deux camps dans l’après-midi. Ce Metz-OL reste surtout dans les mémoires pour les jets de pétards de la Horda Frénétik en direction d’Anthony Lopes, causant l’arrêt de la partie après 28 minutes de jeu (et à 1-0 pour le FC Metz).

« Nous aurions compris que ce déplacement soit encadré »

Rejoué à huis clos quatre mois plus tard (0-3), ce match va cette fois se disputer sans parcage lyonnais, qui devait compter « entre 300 et 400 supporters » d’après la Préfecture. Regrettant cette interdiction de déplacement sur son site, l’OL a ensuite réagi dans Le Progrès, par le biais de son stadium manager Xavier Pierrot.

« Cette mesure est un peu incohérente par rapport à tout ce que l’on essaie de mettre en place de notre côté avec nos supporters, explique celui-ci. Nous aurions compris que ce déplacement soit encadré avec interdiction d’entrer dans le centre-ville et une escorte jusqu’au stade, mais cela n’a pas été accepté. » Il ne restera donc plus comme rendez-vous hors Parc OL pour les supporters lyonnais que Dijon (et encore, ce match vient d’être placé le vendredi 20 avril à 20h45…) et Strasbourg le 12 mai.