Ligue Europa: Lyon va se porter partie civile après «les attaques» commises aux abords du stade

FOOTBALL Juste avant le début du match, 100 à 150 supporters, des «ultras lyonnais» selon la police, s'en sont pris à un équipage de la BAC...

N.C. avec AFP

— 

Des incidents ont eu lieu aux abords du stade de l'OL avant la rencontre entre Lyon et le CSKA Moscou en Ligue Europa, le 15 mars 2018.
Des incidents ont eu lieu aux abords du stade de l'OL avant la rencontre entre Lyon et le CSKA Moscou en Ligue Europa, le 15 mars 2018. — ROMAIN LAFABREGUE / AFP

L'Olympique lyonnais va se porter partie civile vendredi, condamnant les incidents qui ont éclaté jeudi autour du Groupama stadium avant le match de Ligue Europa contre le CSKA Moscou (2-3) avec notamment l'agression de policiers dont huit d'entre eux ont été blessés. Trois personnes ont été interpellées et sont en garde à vue, selon la préfecture du Rhône.

«L'Olympique lyonnais condamne avec la plus grande fermeté les attaques commises jeudi soir à l'extérieur du Groupama stadium contre les forces de l'ordre par un groupe d'individus dissimulés sous des capuches et qui ne font pas partie des groupes officiels de supporters du club», indique l'OL dans un communiqué.

«Ces agissements inadmissibles contre des policiers nuisent par ailleurs à l'Olympique lyonnais sous la menace d'une sanction avec sursis de l'UEFA et ils jettent le discrédit sur tous les groupes de supporters du club qui sont pour la plupart exemplaires», assure encore le club rhodanien.

Apportant «tout son soutien aux policiers blessés», le club précise que «ses équipes travaillent en totale collaboration avec les forces de l'ordre pour identifier les auteurs de ces agressions intolérables et préméditées et qu'il va se porter partie civile dans le cadre des procédures judiciaires à suivre».

Juste avant le début du match, 100 à 150 supporters, des «ultras lyonnais» selon la police, s'en sont pris à un équipage de la BAC, présent dans le cadre de la protection anti-terroriste. Ces agressions ont nécessité l'intervention des CRS.

Le match de Ligue Europa entre Lyon et le CSKA Moscou jeudi n'était pas considéré «à grand risque» par les autorités, malgré les violences récentes de supporters russes en Espagne et l'incarcération d'un des leurs à Marseille pour une agression lors du dernier Euro.