Strasbourg-Monaco: Martin Terrier n'a pas planté en Ligue 1 depuis sa signature à Lyon, faut-il s'en inquiéter?

FOOTBALL A la trajectoire un peu folle ces derniers mois, l'attaquant prêté au Racing Martin Terrier connaît une plus forte médiatisation depuis son transfert à Lyon. Et la pression supplémentaire qui va avec...

Bruno Poussard

— 

L'attaquant du Racing Martin Terrier à la lutte face à Vitorino Hilton dans un match fermé de Strasbourg contre Montpellier en février 2018.
L'attaquant du Racing Martin Terrier à la lutte face à Vitorino Hilton dans un match fermé de Strasbourg contre Montpellier en février 2018. — AFP
  • Prêté à Strasbourg par Lille, le prometteur attaquant Martin Terrier s’est engagé avec Lyon pour plus de dix millions d'euros en janvier.
  • Face à cette actualité et ces performances, le joueur de 21 ans seulement doit faire face à une forte pression supplémentaire.

Le 29 avril 2017, Martin Terrier marque son premier but en Ligue 1 avec le Losc, son club formateur. Prêté à Strasbourg pendant l’été, le Nordiste découvre ensuite les Bleuets à l’automne, pour y planter six buts en trois matches. Enfin, au terme d’un petit feuilleton, le prometteur attaquant signe finalement à Lyon, en janvier 2018.

>> A lire aussi : Jeune renard des surfaces, Martin Terrier, «supersub» chez les Bleuets et au Racing

Ces derniers mois, la folle trajectoire de Martin Terrier, toujours en prêt au Racing, a de quoi laisser rêveurs bon nombre de jeunes footballeurs. Étincelant fin 2017, le buteur aux trois réalisations en Ligue 1 avec Strasbourg apparaît ces temps-ci un peu moins décisif pour le promu, qui n’a gagné que deux fois en championnat en 2018, avant de recevoir Monaco ce vendredi (20h45).

« Un peu embêté d’être au centre alors qu’il préfère la discrétion »

Faut-il toutefois s’en inquiéter, alors que le RCS n’a pas trouvé le chemin des filets depuis trois matches ? « Sa blessure l’a un peu freiné, c’est tout, coupe son coach Thierry Laurey. Après, je veux bien qu’au moment de son transfert à Lyon, ça l’a un peu embêté d’être au centre alors qu’il préfère la discrétion. Mais c’est fini, il a retrouvé ses jambes. »

Touché à l’ischio-jambier en décembre, le natif d’Armentières a aussi raté le déplacement au PSG à cause d’une gêne à la cheville mi-février. Mais, à tout juste 21 ans désormais, le jeune attaquant - toujours en découverte de la Ligue 1 - a peut-être fait un peu les frais de la forte médiatisation de sa signature à l’OL. Au moins inconsciemment.

Jeune international des moins de 20 ans en bleu, Martin Terrier sera joueur du RCSA jusqu'en mai.
Jeune international des moins de 20 ans en bleu, Martin Terrier sera joueur du RCSA jusqu'en mai. - B. Poussard / 20 Minutes.

« Marquer un but pourrait améliorer sa confiance »

Face à la pression désormais plus grande, l’intéressé préfère se faire oublier, et ne pas répondre aux médias pour le moment. Mais ce mercredi, il a travaillé l’animation offensive avec son équipe. Et s’il n’a plus marqué en Ligue 1 depuis son transfert, il a néanmoins planté en Coupe à Grenoble (0-3), et délivré une belle passe décisive contre Troyes (2-1). Thierry Laurey poursuit :

« Il a aussi fait une très bonne première mi-temps à Chambly et un bon match à Caen. […]. La seule chose qui lui manque peut-être aujourd’hui, c’est de marquer un but. Il faut voir si ça peut améliorer sa confiance. »

 

Pas question, donc, pour l’actuel entraîneur du futur lyonnais - « sur la bonne voie » - de s’inquiéter, en attendant de le revoir jouer le plus relâché possible. « Il y en a d’autres qui ont signé nulle part et qui n’ont pas marqué non plus, embraye coach Laurey. C’est d’ordre collectif, et plus précisément aux attaquants de tenter des choses. »

>> A lire aussi : Avec Martin Terrier, l'OL se décide (enfin) à recruter un deuxième attaquant axial

Mais n’insistez pas trop sur la mauvaise passe du Racing et sur l’absence de buts marqués, vous risqueriez d’agacer l’entraîneur : « Ça nous est déjà arrivé. Ça nous arrivera encore. Bien sûr qu’on serait plus heureux si on marquait. Mais on ne peut pas dire qu’on n’a pas essayé. On a eu des occasions, on ne les a pas mises. C’est une histoire d’efficacité, de réussite, quelquefois. Ça se joue sur pas grand-chose. »