«Paris, France, je vais vous emmener dans mon cœur», Lucas envoie un message d'adieu au PSG

FOOTBALL Le Brésilien a passé cinq saisons du côté du PSG...

Aymeric Le Gall

— 

Lucas est en route pour Tottenham.
Lucas est en route pour Tottenham. — AFP

Voilà, c’est fini. Après cinq ans au Paris Saint-Germain, Lucas a finalement quitté le club cet hiver pour s’engager avec Tottenham. Blacklisté par Unai Emery et son staff, le Brésilien est allé chercher du temps de jeu en Premier League, dans l’espoir d’intégrer la sélection auriverde au Mondial-2018 en Russie.

 

Et même si la fin de son histoire avec le PSG ne s’est pas terminée de la plus belle des manières, Lucas n’en a pourtant pas oublié d’envoyer un long et poignant message d’au revoir aux membres du club et aux supporters.

Puisqu’on n’est pas des bêtes, on partage avec vous cet adieu dans son intégralité. Âmes sensibles et fans du PSG, attention, armez-vous de mouchoirs pour lire ce qui va suivre.

« En décembre 2012 mon aventure commençait au PSG. À travers lui, le rêve d’arriver dans un grand club européen devenait réalité. Beaucoup plus que les 228 matchs, Paris m’a appris à l’aimer, respecter sa culture, ses coutumes et son peuple. Un peuple qui a crié avec moi " Champion mon frère ! " beaucoup plus que 16 fois. Ville des lumières, jusqu’à aujourd’hui j’ai des frissons quand je vois la Tour Eiffel, mon cœur bat dans le rythme des lumières de mon endroit préféré, je vois la beauté de cette capitale qu’au long des années j’ai adoptée comme la mienne. Ici je suis devenu plus mature, pendant ce temps, Dieu a mis dans mon chemin des personnes très spéciales que j’emmènerai avec moi pour toujours. La vie d’un athlète est faite de cycles, et Dieu écrit que, 5 ans plus tard, ma période au PSG se finit ici. Mais mon cœur aura toujours une place pour chacun d’entre vous… supporteurs, employés, coachs, coéquipiers qui ont contribué pour mon histoire. Paris, France, je vais vous emmener dans mon cœur. En sachant que tout ce qu’on a vécu ça a été une très belle histoire. Merci beaucoup ! »