Fails du mercato (5/5): «Ils sont partis comme des voyous sans payer l’hôtel», quand Arsenal a volé Park à Lille

FOOTBALL Le Coréen allait s’engager pour Lille, et puis Wenger est passé par là...

B.V. avec F.L
— 
Quel coquin ce Park
Quel coquin ce Park — Montage 20 Minutes

Puisque la saison est terminée et qu’il ne reste plus que le mercato pour parler foot, 20 Minutes a décidé de profiter de ce « temps mort » pour vous offrir une petite série d’été d’une semaine sur les vrai-faux transferts du mercato. Ceux qui ont foiré, ceux qui ne se sont jamais faits pour telle ou telle raison.

>> Aujourd’hui cinquième épisode : Quand Arsenal a volé le Coréen Park à Lille

Pour un mec qui passe ses étés à pleurer parce qu’il se fait braquer ses meilleurs joueurs, il fallait oser. Mais oui, aussi loin qu’on se souvienne, c’est bien Arsène Wenger qui a réalisé le coup le plus crade dans l’histoire du mercato. Et pour un petit joueur, en plus. Flashback à la fin de l’été 2011, quand Lille est sur le point de faire signer l’attaquant Coréen Park Cho-young.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Mercato: Monaco et Manchester United seraient d'accord pour Fabinho... Las Palmas ne veut plus de Jesé... L'actu transferts à vivre en direct

A cette époque-là, le Losc sort d’un doublé coupe-championnat et se prépare à la Ligue des champions sans Cabaye et Gervinho, vendus. Autant dire qu’il faut renforcer l’effectif et Park, après trois bonnes saisons correctes à Monaco, a la gueule de l’emploi. Le 26 août, à la veille de la fin du mercato, tout semble bouclé entre les deux clubs pour un transfert autour de 3,5 millions d’euros. 20 Minutes titre même : « Cho-young Park est presque lillois ».

La suite, c’est encore l’ancien président lillois Michel Seydoux qui la raconte le mieux:

On reçoit le joueur au domaine de Luchin en fin d’après-midi. Il est accompagné de son agent mais aussi d’un traducteur car il parlait très mal l’anglais. On lui fait passer une première série de tests physiques et on le ramène à l’hôtel. On s’était mis d’accord sur le contrat avec l’agent et le joueur. Il n’y avait plus aucune ambiguïté. Il n’y avait plus qu’à signer après la deuxième série de tests prévus le lendemain. L’idée qu’il ne soit pas là ne m’est jamais venue à l’esprit. »

L’Eurostar de 7h15

Merci pour le spoiler, Michel. Car voilà, quand un émissaire du club se pointe à l’hôtel le 27 au matin, a pu personne. Seydoux, toujours:

On apprend par la concierge que le joueur mais aussi son agent et même son traducteur ont pris le train de 7h15 pour Londres pour aller signer à Arsenal. Ils sont partis comme des voyous, sans payer leurs chambres. C’est le LOSC qui a dû régler la note. La classe jusqu’au bout ! »

Au milieu de la nuit, Arsène a passé un coup de fil et sorti le chéquier. Une rallonge de 500.000 euros sur le transfert et un salaire de 190.000 euros par mois, pas loin de deux fois plus que ce qu’il aurait touché à Monaco. Alors puisqu’on est obligés contractuellement de la faire une fois dans cet article, faisons-la maintenant : on comprend pourquoi PARK A FILÉ À L’ANGLAISE.

Il en rigole aujourd’hui, parce que Park s’est avéré être un tout petit joueur, mais sur le coup, Seydoux l’a mauvaise. « J’étais sur le cul », avoue-t-il. Il n’est pas tout seul. En conférence de presse la même journée pour préparer un match de Ligue 1, le capitaine des Dogues, Rio Mavuba ajoute que « tout le monde au club pensait qu’il allait signer chez nous ».

Dans le petit milieu du foot, l’affaire fait quand même un peu causer, et pas qu’en bien. « On est sidéré par ce comportement inacceptable au niveau des qualités humaines. Cela montre bien que ce joueur n’avait rien à faire au LOSC », commente à chaud Michel Seydoux. Arsène Wenger prend tout aussi cher, notamment dans la presse anglaise. « Shame on you, Arsène », qu’ils titrent. Seydoux l’appelle et règle ses comptes dans la foulée. L’Alsacien se défend mollement, assurant qu’il « n’avait rien fait d’illégal ».

« Il ne devait pas être fait pour nous »

Avec son esprit de synthèse et sa finesse légendaire, c’est presque Rolland Courbis qui résume le mieux l’histoire, sur RMC. « Je me suis toujours demandé lorsque tu es cocu, si tu l’es par ta femme ou par l’homme qui va avec ta femme. Si tu y réfléchis, tu es cocu par les deux. Dans cette affaire Lille est cocu par le coréen Park et par Arsenal. C’était peut-être le destin de Lille de ne pas engager ce joueur. Au final, ça porte chance d’être cocu ! ».

L'attaquant de l'AS Monaco, Park (à g.) face au défenseur du RC Lens, Chelle, lors d'un match de L1 le 18 octobre 2009 au stade Louis II de Monaco .
L'attaquant de l'AS Monaco, Park (à g.) face au défenseur du RC Lens, Chelle, lors d'un match de L1 le 18 octobre 2009 au stade Louis II de Monaco . - L.Cironneau/Sipa

Sur ce coup-là, en tout cas, oui. Le passage de Park chez les Gunners est une vaste blague. Sept bouts de matchs en quatre ans, des prêts foireux au Celta Vigo et à Watford avant un transfert vers l’Arabie Saoudite et un retour au pays en 2015. Et quelque part, on a presque envie de s’en féliciter. Michel Seydoux, pour la conclusion :

« Je fais partie des gens qui sont assez positifs dans la vie. Si Park n’a pas voulu signer à Lille, c’est qu’il ne devait pas être fait pour nous. Derrière, il n’a pas beaucoup joué à Arsenal. Et du coup, on a gagné de l’argent en ne dépensant pas le prix de son transfert. Dans l’affaire, Monaco a aussi récupéré 500.000 euros en plus sur le transfert. Finalement, le moins bien loti de l’histoire aura été Arsenal car Park n’y aura pas beaucoup joué. »

>> A lire aussi : Fails du mercato (1/5): Le vrai-faux transfert dinguo d'Hakan Yakin au PSG

>> A lire aussi : Fails du mercato (2/5): De Tapie à une chambre d'hôtel marseillais, le transfert foiré de Mario Jardel à l'OM

>> A lire aussi : Fails du mercato (3/5): Beckham, Tevez, Pato, l’hiver maudit des fausses annonces au PSG

>> A lire aussi : Fails du mercato (4/5): Adriano, la star brésilienne qui a vu le Havre et qui n’est jamais revenue