Coupe du monde 2022 : Kylian Mbappé, l’extraterrestre qui préfère « parler avec ses pieds »

FOOTBALL Muet depuis le début de la compétition, Kylian Mbappé s’est finalement présenté en conférence de presse après sa prestation XXL face à la Pologne pour annoncer qu’il rêvait de gagner la Coupe du monde et se préparait pour ça

Aymeric Le Gall
— 
Kylian Mbappé a inscrit un nouveau doublé dimanche soir, face à la Pologne, en huitième de finale de Coupe du monde.
Kylian Mbappé a inscrit un nouveau doublé dimanche soir, face à la Pologne, en huitième de finale de Coupe du monde. — Richard Callis
  • L’équipe de France s’est qualifiée pour les quarts de finale du Mondial après avoir facilement disposé de la Pologne, dimanche soir, au stade Al-Thumama de Doha.
  • Auteur d’un doublé, son deuxième depuis le début de la compétition, Kylian Mbappé est le meilleur buteur du Mondial avec cinq réalisations.
  • Muet depuis son arrivée au Qatar, le joueur a fini par prendre la parole pour dire que son seul rêve était de remporter la Coupe du monde.

De notre envoyé spécial à Doha,

Silence, ça joue. Et ça déboule à toute balle côté gauche, ça plante, ça affole les compteurs et ça dégomme tout sur son passage. Muré dans le silence depuis le début de ce Mondial, allant jusqu’à zapper les obligations médiatiques de la FIFA qui veulent que l’homme du match doive se présenter en conférence de presse après les rencontres, Kylian Mbappé « parle avec ses pieds », comme l’a justement dit Didier Deschamps, dimanche, après la victoire des Bleus contre la Pologne. Et à en juger par sa performance indécente en huitième de finale, avec ce doublé de l’espace, son deuxième déjà dans ce Mondial, le garçon a plutôt un joli phrasé.



Trônant seul à la première place du classement des buteurs avec déjà cinq pions à son actif en trois matchs (plus une demi-heure contre la Tunisie), l’attaquant du PSG en est déjà à neuf au total dans l’épreuve reine du football mondial. Mais on ne vous parlera pas de chiffres, pas ce soir. Déjà parce qu’on l’a déjà fait après son premier doublé contre le Danemark et que ce n’est pas dans nos habitudes de nous répéter – encore qu’avec Kylian, on est parfois obligé – mais aussi parce que Youssouf Fofana nous l’a gentiment conseillé en zone mixte après le match. « Neuf buts, c’est énorme, énorme ! Après, avec Kylian, on sait que ce n’est que le début, il va sur ses 24 ans, on ne va donc pas se mettre à compter tout de suite. Mais ce qu’il fait déjà là, c’est extraordinaire, il porte l’équipe. »

Lloris parle de « deux buts d’anthologie »

Difficile de dire autre chose désormais. Car ce qu’on pressentait de lui en début de compétition, cette capacité à sans cesse répondre aux attentes toujours plus folles placées en lui, est en train de prendre forme sous nos yeux ébahis. Dimanche, son premier but, cette frappe puissante du plat du pied en plein dans la lucarne de Szczesny, n’est pas que beau. Il est beau ET il compte car c’est celui du break. Celui qui fait comprendre aux Polonais que, bon, c’est sympa d’être passé les gars, mais maintenant il s’agirait de laisser la place aux grands. « Il met deux buts importants, enfin… Un surtout car il le marque à un moment très important, pour faire le break et fermer le match », valide Jules Koundé.

Et que dire du deuxième ? Mamma mia ! Sa spéciale, certes, cet enroulé du droit depuis l’angle gauche de la surface de réparation direction la lulu opposée, mais avec une telle forêt de jambes devant lui qu’on pourrait croire le ballon littéralement téléguidé. Passé en zone mixte après une performance elle aussi à saluer, Adrien Rabiot était tout aussi bluffé que nous. « Mbappé ? Il ne me surprend pas dans le sens où je connais son potentiel et ses qualités, mais là c’est vrai que ces deux buts sont incroyables ! Les positions dans lesquels il les met, les angles qu’il trouve, c’est top. C’est ce qu’on attend de lui : on charbonne derrière et on attend qu’il fasse le boulot devant, et c’est ce qu’il fait, il répond toujours présent. » 

Ne sachant plus quoi dire sur le goinfre de Bondy, Hugo Lloris n’aura qu’une phrase, une seule, mais elle dit tout de ce qu’on a vu dimanche en l’espace de quinze minutes à peine (74e et 91e) : « Ce sont deux buts d’anthologie de Kylian ». Finalement, de Mbappé, ce sont peut-être les victimes qui en parlent le mieux. Le preuve avec Piotr Zielinski, le milieu du Napoli, subjugué par ce qu'il a vu de ses propres yeux sur le terrain. « C'est un extraterrestre !, s'exclame-t-il. Mbappé est un des meilleurs joueurs du monde, peut-être même le meilleur. Il m'a incroyablement impressionné. Les frappes, les dribbles, la rapidité.... Et même s'il gâche quelque chose, il repart tout de suite. Je l'avais vu plusieurs fois à la télé, évidemment, mais il y a une grande différence entre le regarder et l'affronter. Là, en vrai, il m'a semblé encore plus inarrêtable ». 

Mbappé sort du silence et annonce la couleur

Si tous les joueurs ou presque se sont désormais arrêtés à nos micros/téléphones/dictaphones en zone mixte après les quatre matchs qu’ont eu à disputer les Bleus, Mbappé est celui qui arrive encore à nous filer entre les doigts. Il s’était même octroyé, comme on le disait en début de papier, le droit de feinter ses obligations protocolaires de « man of the match », dont le trophée est sponsorisé par Budweiser, une marque de bière pour laquelle il ne se sentirait pas de faire la promo. Mais cette décision à forcément un prix dans le fabuleux monde de la FIFA où tout se monnaye : en squeezant les deux conférences de presses après l’Australie et le Danemark, la FFF a dû régler une amende de 10.000 euros. Alors, mis au courant de cette sanction, Mbappé a finalement décidé dimanche soir de sortir du bois et de se présenter en conf aux côtés de Didier Deschamps.

Il a d’abord expliqué qu’il n’avait « rien contre les journalistes, rien contre les gens », qu’il voulait juste se « concentrer sur la compétition » et qu’il s’engageait « à payer [l’amende] personnellement ». Mais ce n’est évidemment pas ça qu’on était venu entendre. C’est ça :

« La Coupe du monde, c’est la compétition de mes rêves, j’ai bâti ma saison là-dessus, je me suis préparé physiquement, mentalement. Mais on est encore loin de l’objectif qu’on s’est fixé, que je me suis fixé, qui est de gagner », a-t-il lâché sans détour.

Interrogé sur son rêve de gagner le Ballon d’or l’année prochaine, Mbappé a fait comprendre que le sujet n’était pas là : « Pour être honnête non [il ne pense pas à ça], le seul objectif, c’est de gagner le Mondial. C’est mon rêve, mon seul rêve, c’est pour ça que je suis venu ici. » Et si pour ça il faut qu’il se terre à nouveau dans un mutisme assourdissant, alors chut, silence, ça tourne.