Coupe du monde 2018: From la CFA to le Mondial real quick... Amine Harit, le dernier espoir du Maroc?

FOOTBALL L’ancien milieu de terrain nantais - qui joue le Portugal ce mercredi - évoluait il y a encore deux ans en CFA, et encore…

David Phelippeau

— 

Amine Harit, élu meilleur joueur du Maroc-Iran de vendredi dernier.
Amine Harit, élu meilleur joueur du Maroc-Iran de vendredi dernier. — Paul ELLIS / AFP
  • Le milieu de terrain Amine Harit, 21 ans depuis lundi, est l’un des meilleurs atouts du Maroc, qui affronte le Portugal ce mercredi.
  • C’était pourtant loin d’être gagné pour ce joueur qui évoluait encore en CFA il y a deux ans…
  • La victoire à l’Euro des U19 ans durant l’été 2016 a propulsé le natif de Pontoise sur le devant de la scène… il ne l’a plus quittée depuis.

Une ascension vertigineuse. Le milieu de terrain marocain Amine Harit, 21 ans depuis lundi, n’en finit plus de gravir les échelons à une vitesse folle. Ce mercredi, l’homme du match (élu par la Fifa) de Maroc-Iran croisera le Portugal de Ronaldo. Il y a deux ans jour pour jour, Harit n’était pourtant « quasi-personne ». Ou plutôt un jeune joueur du FCN, « bourré de talent, mais compliqué à gérer », selon un de ses proches.

La carrière d’Harit a basculé en juillet 2016. Cantonné en U19 et un peu en CFA quelques mois avant, le milieu de terrain nantais remporte l’Euro U19 avec les Bleus en Allemagne… et se fait (enfin) un nom. Et dire qu’il ne devait même pas participer à cette compétition. « A l'origine c’est Nkunku du PSG à son poste qui partait, se souvient Matthieu Bideau, responsable du recrutement au FCN. Lors d’un match de préparation, il est rentré à la 60e et il a débloqué le match à lui tout seul… » Et donné la migraine à Ludovic Batelli.

« Il m’a fait passer une grande nuit blanche quand il a fallu composer la liste des 18 », avouera un jour le sélectionneur de l’époque sur SFR Sport. Harit - « en qui peu de gens croyaient au FCN », selon son entourage - éclabousse la compétition. Et prouve qu’il peut viser beaucoup plus haut, comme il l’affirmait de manière catégorique à certains de ses coéquipiers quelques semaines auparavant.

« Il a toujours eu une haute estime de lui-même, il était convaincu de ses qualités… et convaincant, estime Samuel Fenillat, directeur du centre de formation. Mais s’il n’y a pas l’Euro, je ne suis pas persuadé qu’il serait là où il est aujourd’hui… »

Il flambe en boîte de nuit avant de s’excuser

Tout s’emballe. Euro 2016, stage avec les pros du FCN, offre de 8 millions du Bayern Munich etc... Sur les six premiers mois de la saison 2016-2017, sous les ordres de René Girard, Harit est le seul à s’extirper du marasme nantais. Lui, pour qui « certains avaient des doutes sur sa capacité à jouer avec les autres », ajoute Fenillat. Lui, que d’autres trouvaient agaçant balle au pied, individualiste et trop frêle. L’explosion ne se fait pas sans quelques écarts de conduite.

En février 2017, il est pris en flagrant délit de « melonite aiguë » dans une boîte de nuit nantaise à deux jours d’un match… La vidéo fait le tour du vestiaire. Sergio Conceição le mettra à l’écart après cette incartade. Harit fera son mea-culpa. « Il comprend les choses, il sait rectifier et son cerveau percute », estime Bideau. « À Nantes, j’avais l’image du petit con qui voulait sortir en soirée et qui n’était pas sérieux », a avoué l’intéressé dans L’Equipe début juin.

A Schalke 04, qu’il a rejoint à l’été 2017 pour 10 millions d’euros, Harit vient d’être élu meilleur jeune de la Bundesliga. Une récompense supplémentaire dans son incroyable ascension. Rookie de l’année, Ligue des champions la saison prochaine, Coupe du monde avec le Maroc, valeur marchande estimée à plusieurs dizaines de millions d’euros etc. « Depuis 2 ans, ça ne s’arrête plus pour lui, estime toujours un de ses proches. Ce n’est plus le même homme, c’est devenu un bonhomme. » Avec toujours cette petite tendance à flamber sur et dehors du terrain.

Samuel Fenillat : « Son ascension aussi rapide est parfaite pour lui car il est tellement impatient. Il grandit à vitesse grand V. Celui qui aurait été capable de prédire une telle trajectoire il y a deux ans est un menteur. » Seul Harit lui-même, avec son insolente assurance, aurait pu prophétiser un avenir aussi radieux.

>> A lire aussi : VIDEO. Coupe du monde 2018: Le match Angleterre-Tunisie perturbé par une invasion de moustiques

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018: Patrice Evra accusé de sexisme après avoir applaudi une consultante anglaise