Gymnastique : L’ex-coach de l’équipe nationale du Brésil condamné à 109 ans de prison pour les viols de quatre athlètes

JUSTICE Fernando de Carvalho Lopes vient d’être condamné à 109 ans et huit mois de prison pour les viols de quatre gymnastes, dont au moins une mineure

J.Lau. avec AFP
Fernando de Carvalho Lopes, ici en mai 2018 à Brasilia (Brésil), nie les accusations de viols.
Fernando de Carvalho Lopes, ici en mai 2018 à Brasilia (Brésil), nie les accusations de viols. — AP Photo/Eraldo Peres/SIPA

En 2016, Fernando de Carvalho Lopes avait été écarté du staff de l’équipe nationale brésilienne de gymnastique, un mois avant les Jeux olympiques de Rio, après une plainte de parents d’un jeune athlète. Six ans plus tard, l’ancien entraîneur de la sélection brésilienne vient d’être condamné à 109 ans et huit mois de prison pour le viol de quatre athlètes, dont au moins une mineure, comme l’ont rapporté mardi des médias locaux.

L’ex-coach brésilien a été condamné en première instance, lundi, par un tribunal de la ville de Sao Bernardo do Campo, près de Sao Paulo, selon le site Globo Esporte, qui a eu accès à la procédure, protégée par le secret judiciaire. Fernando de Carvalho Lopes, qui devrait interjeter appel car il se considère comme innocent, a été reconnu coupable d’avoir agressé quatre gymnastes, dont une mineure âgée de 13 ans au moment des faits, selon Globo Esporte, qui n’a pas précisé l’âge des autres gymnastes.

Il a entraîné de jeunes gymnastes pendant vingt ans

D’autres accusations pèsent contre l’ancien entraîneur : il y a quatre ans, une quarantaine d’athlètes avaient affirmé auprès de la chaîne TV Globo avoir été victimes d’abus moraux, physiques ou sexuels de sa part. Certains d’entre eux ont pris part à la procédure judiciaire en tant que témoins des faits, qui se seraient produits entre 1999 et 2016, lorsque Fernando de Carvalho Lopes était à la tête du club MESC de Sao Bernardo do Campo.


L’ex-coach s’est occupé de jeunes gymnastes pendant une vingtaine d’années. En avril 2019, le Tribunal supérieur de justice sportive (STJD) l’avait banni à vie de toute activité liée à son sport. Le monde de la gymnastique a déjà été éclaboussé par l’affaire Larry Nassar, ancien médecin américain condamné début 2018 à plusieurs lourdes peines de prison pour avoir agressé au moins 265 victimes, la plupart mineures, sous couvert de traitements médicaux. En Grande-Bretagne, en Grèce, en Australie et en Nouvelle-Zélande, des athlètes ont également signalé des abus de la part d’entraîneurs.