Alpinisme : A 17 ans, il enchaîne deux des plus hauts sommets du monde en neuf jours

MONTAGNE Né à Lorient et désormais installé à Tignes, le Franco-Ecossais Alasdair McKenzie vient de gravir le Lhotse (8.516 m) et le Makalu (8.485 m) dans l’Himalaya

Jérôme Gicquel
— 
Alasdair McKenzie avec son sherpa au sommet du Makalu, à la frontière entre le Népal et la Chine.
Alasdair McKenzie avec son sherpa au sommet du Makalu, à la frontière entre le Népal et la Chine. — Alasdair McKenzie
  • A 17 ans, le Franco-Ecossais Alasdair McKenzie vient de gravir en seulement neuf jours deux des plus hauts sommets de la planète.
  • Mi-mai dans l’Himalaya, il a vaincu le Lhoste (8.516 m), devenant ainsi le plus jeune alpiniste à le gravir, avant d’enchaîner le 24 mai avec le Makalu (8.485 m).
  • Le jeune homme, qui rêve de devenir guide de haute montagne, quittera ce mercredi le Népal pour rejoindre la France.

Il est né à Lorient, au bord de la mer. C’est pourtant à la montagne qu’Alasdair McKenzie prend son pied. Plus branché ski que voile, ce Franco-Ecossais dévalait déjà les pistes à l’âge de deux ans. Sept ans plus tard, il déménageait avec sa famille dans les Alpes, d’abord à Chamonix puis à Tignes où il habite désormais. Pas loin de passer pro, le jeune homme a vu son rêve s’envoler à cause de blessures à répétition. « J’ai arrêté les compétitions l’an passé », indique-t-il sans trop de regrets.

Sa passion de la montagne est pourtant restée intacte. L’été dernier, le jeune homme de 17 ans a ainsi délaissé ses skis pour commencer l’alpinisme. « J’ai grimpé le Mont-Blanc, le Cervin, l’Eiger et d’autres sommets entre 3.000 et 4.000 m dans les Alpes », raconte-t-il. Un petit entraînement tranquille en somme pour le jeune alpiniste qui embraye dans la foulée avec un premier voyage au Népal cet automne. « J’avais envie d’essayer un sommet à 6.000 m et un autre à 7.000 m juste pour me tester et voir comment mon corps allait réagir », souligne-t-il.

Le plus jeune alpiniste au monde à vaincre le Lhoste

Le test semble avoir été concluant puisque début avril, Alasdair McKenzie était déjà de retour à Katmandou. Après plusieurs semaines d’acclimatation, il s’est lancé mi-mai à l’assaut du Lhoste, le quatrième plus haut sommet du monde qui culmine à 8.516 mètres. « Avec mon sherpa, on est partis du camp 3 et on a mis six heures pour arriver au sommet qu’on a atteint à 7h30, raconte-t-il. C’était magique là-haut, le paysage est absolument magnifique. On oublie vite la souffrance endurée ».

Au sommet du Lhotse, Alasdair McKenzie a sorti son drapeau breton.
Au sommet du Lhotse, Alasdair McKenzie a sorti son drapeau breton. - Alasdair McKenzie

Devenu le plus jeune alpiniste au monde à vaincre le Lhoste, Alasdair McKenzie n’a pas vraiment eu le temps de fêter son record. Pas rassasié, il a ensuite enchaîné neuf jours plus tard avec l’ascension du Makalu, cinquième plus haut sommet du monde (8.485 m) situé à la frontière entre le Népal et la Chine. « Je n’avais pas forcément prévu d’enchaîner mais je me sentais bien physiquement et j’ai relevé le défi », explique-t-il le plus simplement du monde.

A l’assaut du Manaslu sans oxygène

Ce mercredi, il quittera l’Himalaya avec une quinzaine de kilos en moins pour rejoindre la France et retrouver sa famille et ses amis. « C’était du pur bonheur mais c’est long quand même deux mois », confie le lycéen, qui suit sa scolarité à la maison.

Après quelques jours de repos, celui qui rêve de devenir guide de haute montagne arpentera de nouveau les sommets alpins. Avec déjà un nouvel objectif en tête : « J’ai envie de gravir en septembre le Manaslu, le 8e plus haut sommet au monde, mais cette fois sans apport d’oxygène ».