Mondial de hand : « Qu'il était dur ce match-là », Krumbholz pensait que les Bleues ne passeraient pas contre le Danemark

HANDBALL L'entraîneur des l'équipe de France n'en revenait pas de la qualification miraculeuse contre le Danemark en demi-finale des championnats du monde

J.L. avec AFP
— 
Olivier Krumbholz va diriger une nouvelle finale mondiale à la tête des Bleues.
Olivier Krumbholz va diriger une nouvelle finale mondiale à la tête des Bleues. — Pau BARRENA / AFP

Une leçon de résilience et un match héroïque de plus à ranger dans l’armoire à souvenirs du handball français. Ballottées et malmenées comme jamais par une équipe danoise sûre de ses forces en demi-finale des Mondiaux, les Bleues ont arraché leur qualification après avoir navigué à trois buts derrière jusqu’à la toute fin de match. Un scénario un peu fou qu’Olivier Krumbholz a apprécié depuis son banc de touche, après un match à chercher des solutions qui ne voulaient pas venir.



« On a souffert énormément dans ce match, les Danoises avaient pris l’ascendant pendant 40 minutes à peu près, on avait du mal dans tous les secteurs de jeu. Elles ont été très bonnes. On a pris le risque de la 1-5, avec une excellente gardienne, une défenseure centrale et une défenseure avancée exceptionnelles. Elle ont certainement un peu stressé, et ça nous a suffi pour passer devant. Mais qu’il était dur, ce match-là ! On a été courageuses, stable jusqu’au bout. En attaque, on a été lucide pour servir Pauletta (Foppa), qui s’est fait matraquer pendant 60 minutes sans que les arbitres ne bougent le petit doigt, ça fait partie du jeu. L’adversaire en finale ? La Norvège est peut-être la meilleure équipe du monde, avec beaucoup d’expérience, et l’Espagne est un poison à jouer, alors je n’ai pas de préférence. »

Une seule certitude, celle qui sortira vivante de cette deuxième demi-finale ne sera pas enchantée de retrouver les championnes olympiques en titre​, souvent sur un fil mais toujours gagnantes en fin de compte.