XV de France : « Il peut être une figure internationale »… Antoine Dupont, une star qui aimante les sponsors

RUGBY Le demi de mêlée de Toulouse et du XV de France doit être sacré ce vendredi meilleur joueur du monde. L’ascension de Dupont se poursuit aussi au niveau de ses partenariats

Nicolas Stival
— 
Antoine Dupont, indiscutable chef de file du rugby français, sur et hors des terrains.
Antoine Dupont, indiscutable chef de file du rugby français, sur et hors des terrains. — John Spencer / Sipa
  • Antoine Dupont est l’immense favori pour le titre de meilleur joueur du monde, officialisé ce vendredi par World Rugby.
  • Il ne deviendra que le troisième Français à être sacré, après son sélectionneur Fabien Galthié et Thierry Dusautoir.
  • Cette récompense doit encore accroître la renommée du demi de mêlée de 25 ans hors des pelouses et hors de France, alors qu’il est déjà la tête d’affiche du rugby français.

Pour connaître le nom du meilleur joueur de l’année, il faut officiellement attendre ce vendredi en début d’après-midi et l’annonce de World Rugby. Officieusement, Antoine Dupont a déjà dégainé son plus beau costume,  comme Lionel Messi chaque fois qu’il reçoit  un Ballon d’Or. Et ce ne sont pas les mots d’Ugo Mola, mardi en conférence de presse, qui ont calmé la rumeur.

« Je l’ai vu faire plein de photos, a plaisanté le manager du demi de mêlée au Stade Toulousain. Il y a des chances qu’il ait gagné. » Depuis la création de cette récompense voici 20 ans, seuls Fabien Galthié (2002) et Thierry Dusautoir (2011) avaient hissé les couleurs françaises au sommet. Sans que cela ne révolutionne la vie des lauréats, notamment hors des terrains.

« Forcément, ta notoriété est plus importante, c’est une distinction mondiale qui te fait entrer dans un cercle prestigieux, indique le "Dark Destroyer", présent dans le jury cette année. Mais pour les contrats à proprement dit, ça n’a pas particulièrement changé quoi que ce soit. »

Après le sacre de Dusautoir, une décennie s’est écoulée, l’une des pires du rugby tricolore. Mais depuis bientôt deux ans, une génération ultra-talentueuse, également composée de Ntamack, Marchand ou Alldritt, a remis des paillettes dans la vie des amoureux de l’ovalie. Promu capitaine des Bleus cet automne, le spectaculaire Antoine Dupont a mené les siens vers une éclatante victoire sur les All Blacks à Saint-Denis (40-25), devant 80.000 spectateurs et jusqu’à 7,6 millions de téléspectateurs.

« La cerise sur un gâteau déjà copieux »

Alors à tout juste de 25 ans, ce titre de meilleur joueur de l’année, c’est « très certainement la cerise sur un gâteau déjà bien copieux, qui accroîtrait son rayonnement à l’international ». La métaphore pâtissière est l’œuvre de Christophe Quiquandon, président-fondateur de Bros. Entre autres activités, cette société accompagne des entreprises dans leur marketing, mais aussi une vingtaine de sportifs, dont Dupont.

« En 2017, après la première année de l’agence, j’ai demandé à chaque associé de définir son héritier, à la fois pour devenir partenaire de Bros. et un athlète que l’on souhaiterait représenter. Blaise Matuidi a répondu Presnel Kimpembe et Vincent Clerc a dit Antoine. » Adoubé par l’ex-ailier, retraité mais toujours visible sur les 4X3 de nos villes comme ses collègues des années 2000 Chabal et Michalak, l’ancien joueur d’Auch et Castres a depuis tracé sa route sans avoir besoin de chaperon.

Il coche toutes les cases

« Il y avait des frémissements en 2019, retrace Quiquandon. 2020 a été un peu flottante [avec le Covid-19]. C’était compliqué pour les marques de se positionner, le Top 14 n’avait pas été à son terme. 2021, c’est vraiment l’année de l’explosion. Antoine a été décisif dans de gros matchs au sein d’une équipe championne d’Europe et championne de France pour la deuxième fois d’affilée. C’est un match-winner, avec des statistiques individuelles incroyables. »

Mais dans une discipline où le sacro-saint collectif est autant une réalité sportive qu’un formidable argument marketing, la personnalité de Dupont colle aussi parfaitement aux attentes des sponsors. « Il porte les valeurs que les marques viennent chercher dans le rugby. C’est un coéquipier exemplaire, qui se fond dans l’esprit d’équipe. Il est à la fois atypique et très contemporain. »

Côté tradition, le Stadiste est enraciné au pied des montagnes, dans son fief de Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées) où il a perpétué la tradition familiale de l’hôtellerie et de la gastronomie en créant le domaine de Barthas avec son frère Clément, éleveur de porcs noirs de Bigorre. Côté « modernité », il va papoter avec Mouloud Achour sur le plateau de Clique. « Il peut aller voir Vianney une semaine et un rappeur la semaine d’après, écouter Georges Brassens puis Damso », souligne Quiquandon.

Une « petite dizaine de partenariats »

En parlant d’éclectisme : Dupont, titulaire d’un master en management du sport, affiche aujourd’hui une « petite dizaine de partenariats » très variés, indique le patron de Bros. Midi Olympique évoque un ticket d’entrée d’environ 80.000 euros par an, en plus de son salaire estimé à 600.000 euros annuels à Toulouse. Quels sponsors le courtisent ? « Cela va de marques traditionnelles qui vont faire des colles industrielles à  des plateformes de NFT. » Et attention, il n’y a plus beaucoup de places à prendre, car forcément, le meilleur joueur du monde reste un rugbyman avant d’être un professionnel des shootings photos.

A côté des partenaires estampillés sport comme Adidas, il est par exemple devenu l’ambassadeur des montres suisses Tissot et vient de signer un partenariat avec Puressentiel (huiles essentielles). « Antoine peut être une figure internationale, comme l’a été Dan Carter [demi d’ouverture des All Blacks, double champion du monde et trois fois élu meilleur joueur de l’année] », souligne Quiquandon.

Les lendemains s’annoncent radieux pour le Toulousain, ses collègues en bleu et leurs banquiers, avec le Mondial-2023 à domicile qui s’annonce. En club comme en sélection, Dupont évolue tout à côté de Romain Ntamack, l’autre tête d’affiche du rugby tricolore. « Il y a vraiment de la place pour eux deux, assure le fondateur de Bros. Déjà parce que c’est un sport collectif. Et ensuite parce que le rugby a tellement besoin de figures qui incarnent ce renouveau. »

Ceci dit, Dupont s’est déjà élevé au-dessus du monde haut en couleur mais assez restreint du rugby. L’homme qui plaisante avec Jean Dujardin dans les vestiaires de Marcoussis et du Stade de France sera ainsi l’invité lundi soir de C à vous, le talk-show très grand public de France 5. Habile.