Stade Rennais : « Il a toujours fallu qu'il prouve »... Comment Gaëtan Laborde est devenu une machine à marquer

FOOTBALL Arrivé en fin de mercato au Stade Rennais, l’ancien attaquant de Montpellier a planté 14 buts en vingt matchs cette saison

Camille Allain
— 
L'attaquant du Stade Rennais Gaëtan Laborde a planté son premier triplé lors de la réception du Vitesse Arnhem en Ligue Europa Conférence.
L'attaquant du Stade Rennais Gaëtan Laborde a planté son premier triplé lors de la réception du Vitesse Arnhem en Ligue Europa Conférence. — J. F. Monier / AFP
  • L'attaquant du Stade Rennais Gaëtan Laborde marche sur l'eau cette saison avec 14 buts inscrits toutes compétitions confondues. 
  • L'ancien buteur de Montpellier s'est construit doucement au fil de prêts enchaînés dans de multiples clubs français. 
  • Sa femme, présente à ses côtés depuis ses débuts, et ses trois filles jouent un rôle capital dans l'équilibre du joueur né à Mont-de-Marsan.

Ses statistiques en font l’un des attaquants les plus prolifiques en Europe. Avec quatorze buts plantés en vingt matchs, Gaëtan Laborde flirte déjà avec les chiffres de sa très belle dernière saison l’an passé avec Montpellier. Transféré au Stade Rennais dans les derniers instants du mercato pour 15 millions d’euros, l’attaquant français s’est parfaitement inséré dans le dispositif de Bruno Genesio pour en devenir l’un des maillons forts.

Juste derrière David au classement des buteurs

Auteur de son premier triplé en pro face au Vitesse Arnhem jeudi dernier et décisif face à Lorient dimanche, le nouveau numéro 24 rennais vient confirmer tout le bien que la Ligue 1 pensait de lui. Ce mercredi (21 heures), Gaëtan Laborde croisera le chemin du champion en titre lillois et son attaquant Jonathan David, le seul qui le devance au classement des buteurs.

Apprécié de tous ceux qui l’ont croisé, Gaëtan Laborde affiche depuis ses débuts une maturité et un recul rare dans le milieu. La combinaison d'une paternité précoce (18 ans) et d'un tempérament attachant forgé dans les gymnases et terrains de sport de Mont-de-Marsan où il a grandi, une terre des Landes à laquelle il reste viscéralement attaché. Remarqué pour son investissement avec la réserve bordelaise, Gaëtan Laborde doit cependant s'exiler Red Star à l’été 2013, pour tenter d’embrasser une carrière professionnelle qui tarde à se dessiner. 

« Il n’y avait pas une frénésie autour de lui à Bordeaux à l’époque », reconnaît d’emblée son agent de toujours Christophe Hutteau. « Mais Gaëtan s’est battu. Il a toujours fallu qu’il prouve, qu’il se batte. Je crois que sa paternité très jeune l’a fait grandir plus vite que les autres. Il était tout jeune mais il savait pourquoi il était là. Je pense que c’est là qu’il a développé son mental incroyable ». Le gamin qu’il est encore n'est pas seul. Sa compagne Anastasia est là quand il pose ses valises dans un Appart Hôtel de la banlieue parisienne, leur première fille aussi. Elle a aujourd'hui 9 ans et a deux soeurs, âgées de 6 ans et 2 ans.

Avec sa toute jeune famille, Gaëtan Laborde plantera 14 buts au Red Star. Il sera envoyé en prêt à Brest où il restera une saison, avant de rentrer à Bordeaux puis de partir à Clermont sous les ordres de Corinne Diacre et de re-revenir aux Girondins, à qui il avait offert la coupe Gambardella en 2013.

Ce chemin besogneux a poussé l’attaquant à mettre tous les ingrédients pour se montrer. Un pressing haut, des appels multiples, des frappes lourdes, des gestes acrobatiques et un état d’esprit irréprochable. « Gaëtan, c’est juste un mec simple, généreux, qui n’a jamais triché. Il est humble mais il est sûr de lui », confie l’un de ses proches amis, avant d’ajouter. « Il a cette hargne parce qu’il déteste perdre. Même quand il joue au tennis ballon dans ton jardin, il veut te mettre une fessée ». L’homme est réputé pour avoir toujours un ballon à proximité. S'il soigne son hygiène de vie, il apprécie aussi les virées au restaurant en famille.

Sa femme, ses trois filles…

Arrivé tardivement à Rennes, Gaëtan Laborde s’est rapidement intégré dans une ville que lui avaient vantée Benoît Costil, Adrien Hunou et Benjamin Bourigeaud, qu’il avait croisé par hasard en vacances. « J’ai été super bien accueilli. Je pense que c’est aussi ça qui a fait que ça se passe bien pour l’instant », explique l’attaquant rennais, qui profite aussi de son repositionnement dans l’axe de l’attaque bretonne. Très épanoui à Montpellier, Laborde est venu chercher « l’aventure humaine et l’adrénaline de la Coupe d’Europe » en signant à Rennes. Cet été, les propositions ne manquaient pas pour attirer celui qui avait planté 16 buts et 8 passes décisives avec le MHSC. L'OL, un temps intéréssé, s'est rétracté à la dernière minute. 

« S’il avait privilégié l’argent, il serait parti au Zénith Saint-Pétersbourg. Mais Gaëtan, tu ne le forceras pas à faire un truc qu’il n’a pas envie de faire. A Rennes, il se savait désiré, attendu, il savait où il mettait les pieds ».

Là encore, le choix familial a primé. Le jour où il est venu signer son contrat en Bretagne, l’attaquant né à Mont-de-Marsan n’était pas seul. Sa femme et leurs trois filles avaient fait le déplacement à Rennes pour l'accompagner. La famille s'est depuis installée dans son nouveau cocon pour aborder cette nouvelle vie ensemble, sereinement.

« Anastasia est discrète, elle a horreur des projecteurs. C'est une fille très bien, elle est son porte-bonheur. Gaëtan entretient une vraie complicité avec sa femme et ses trois filles. La famille, c'est son équilibre, il en a besoin », poursuit son agent. Les deux tourtereaux se sont rencontrés très jeunes, mais ont attendu une dizaine d'années avant de se marier en juin dernier.

Toujours attaché à ses racines landaises, Gaëtan Laborde n'oublie jamais de rentrer à Mont-de-Marsan où il a laissé sa famille et ses potes d'enfance. « C'est un ami fiable, sur qui tu peux compter. Je le trouve touchant », glisse l'un de ses vieux copains. 

Pour Bruno Genesio, Laborde « est épatant »

Dans le vestiaire du Stade Rennais, l’attaquant de 27 ans a pu amener son calme, son expérience et son sang-froid. En harassant les défenses à chaque rencontre, il met tous ses potes dans le bon sens. « Quand tu as un gars qui déclenche un pressing comme ça, tu as envie de le suivre », analyse son agent Christophe Hutteau, corroboré par Bruno Genesio. « C’est un leader sur lequel je peux m’appuyer. Il est épatant », reconnaît le coach. « Il m’aide beaucoup à me surpasser. C’est quelqu’un qui m’entraîne dans les choses qu’il fait sur le terrain, dans le pressing. Il a une âme de leader », ajoute son coéquipier Martin Terrier.

Son incroyable début de saison a donné lieu à quelques débats autour de sa potentielle sélection en équipe de France parmi les journalistes. Mais aussi dans son cercle amical. « Quand tu es à un tel niveau avec de telles statistiques, tu peux te poser la question d’une sélection, non ? Pour moi, il n’est pas moins bon que Wissam Ben Yedder par exemple », glisse son ami. « Et je suis sûr qu’il ne changerait pas. Il resterait le même Gaëtan que j’ai toujours connu ». S'il continue à performer comme ça, Didier Deschamps n'aura sans doute plus le choix.