Montpellier-Bordeaux : Gaëtan Laborde est-il l’attaquant de Ligue 1 le plus sous-coté ?

FOOTBALL Auteur de la meilleure saison de sa carrière, l’attaquant du MHSC va retrouver les Girondins ce dimanche

Clément Carpentier

— 

Gaëtan Laborde, l'attaquant de Montpellier.
Gaëtan Laborde, l'attaquant de Montpellier. — Pascal Guyot / AFP
  • Place au « Labordico » ce dimanche à la Mosson avec le match entre Montpellier et Bordeaux pour le compte de la 30e journée de Ligue 1.
  • Septième joueur le plus décisif du championnat, l’ancien bordelais Gaëtan Laborde réalise la meilleure saison de sa carrière avec le MHSC.
  • À défaut d’attirer la lumière, l’attaquant landais de 26 ans attire les clubs et devrait s’envoler vers d’autres cieux cet été.

« Il préférera toujours aller aux fêtes de Mont-de-Marsan que dans la boîte de nuit parisienne la plus branchée du moment, comme tout bon footballeur qui se respecte. » En une phrase Christophe Hutteau a parfaitement résumé Gaëtan Laborde, son poulain. Un poulain discret, qui n’aime pas attirer la lumière. Très loin donc de faire la une des quotidiens sportifs toutes les semaines.

Avant de retrouver les Girondins, son club formateur, ce dimanche à la Mosson (15 heures), le Landais réalise tout bonnement la meilleure saison de sa carrière : « C’est une suite logique. Il continue sa progression, il monte en puissance. Avec la maturité, il a énormément gagné en régularité et puis il faut le dire, son hygiène de vie est irréprochable. Il a changé de statut en venant au MHSC, il n’était plus le petit du centre de formation qui joue quelques bouts de match », raconte l’agent de celui qui n’a pas manqué une rencontre depuis août dernier.

Après 29 journées de Ligue 1 donc, l’attaquant de Montpellier est tout simplement le 7e joueur le plus décisif du championnat (neuf buts et sept passes décisives). Devant lui, il n’y a que du beau linge : Mbappé, Depay, Delort, Ben Yedder, Toko-Ekambi et Volland. Et derrière aussi puisque l’ancien bordelais fait mieux que Neymar, Di Maria, Bamba, Thauvin ou encore Payet. Pour Mickaël, l’un de ses frères, « Gaëtan a été performant partout où on lui a fait confiance, y compris lors de sa meilleure saison à Bordeaux (13 buts et cinq passes décisives en 2016/2017) où il finit meilleur buteur et meilleur passeur du club. Quand on lui fait confiance, il le rend sur le terrain ». Problème chez les Marine et Blanc, il l’a rarement eu à l’époque. Ce qui explique son départ il y a trois ans. Depuis, l’avant-centre héraultais poursuit son éclosion mais dans un certain anonymat. Alors est-il l’attaquant le plus sous-coté de la Ligue 1 ?

Tel homme, tel joueur

Difficile de répondre de but en blanc à la question même si bien sûr « c’est une certitude » pour Christophe Hutteau. Ce statut, Gaëtan Laborde le doit peut-être à sa personnalité. Décrit comme « quelqu’un d’humble, de naturel » par ses proches, le Landais est avant tout « un véritable amoureux du football qui fait ce métier par passion du jeu », rappelle son agent. Les paillettes, très peu pour lui. Pas question de courir après les interviews, « il préfère se concentrer sur sa carrière et sa famille », explique son entourage. Un homme simple comme le football en produit de moins en moins. « Il peut s’entendre avec n’importe qui et n’importe quel joueur de district peut se retrouver en lui. Il est papa de trois enfants, dont le premier qu’il a eu à 18 ans. Il sait ce qu’est la vie, il a le sens des responsabilités et il sait la chance qu’il a de jouer au foot », lance Mickaël qui le suit de très près, lui-même étant capitaine de l’équipe d’Agde en National 3.

Delort-Laborde, le duo infernal du MHSC.
Delort-Laborde, le duo infernal du MHSC. - GERARD JULIEN / AFP

Cette personnalité se retrouve forcément dans le jeu de Gaëtan Laborde. S’il est extrêmement juste et adroit sur un terrain, il n’est pas ce joueur flashy dont la plupart des supporters s’extasient au premier passement de jambes ou à la moindre roulette. Et d’ailleurs, l’une de ses grandes forces est de le savoir, comme le souligne Christophe Hutteau : « Ce n’est pas l’attaquant le plus doué du championnat et il est parfaitement conscient de ça. En revanche, trouvez-moi un attaquant aussi régulier que lui ces dernières saisons et qui se donne autant pour son équipe. » A part Edinson Cavani et son coéquipier Andy Delort, les noms ne s’empilent pas. Son binôme au MHSC en est parfaitement conscient : « Sincèrement, je me régale avec lui. C’est un super joueur, on est amis dans la vie et on a la même mentalité. Nous sommes des guerriers, c’est vraiment un plaisir de jouer ensemble. »

Partir pour franchir une nouvelle étape

Gaëtan Laborde fait sûrement partie de cette catégorie de joueurs qui préfèrent délivrer une magnifique passe décisive que de marquer un but tout fait. Son frère va plus loin à ce sujet : « Il est sur le terrain comme dans la vie. Il est généreux, il ne triche pas et il pense d’abord au collectif avant de penser à ses stats. Il préfère gagner 1-0 en ayant fait un gros boulot défensif que de faire 3-3 et marquer un triplé. » Si Mickaël « ne sait pas s’il est sous-coté », en revanche, il sait « qu’il est très apprécié à Montpellier, par le club et par les supporters. Le milieu du foot a conscience de ses qualités, on l’a bien vu avec les clubs qui s’intéressent à lui. » Et c’est bien le principal pour le Landais de 26 ans.

Les articles de journaux attendront mais sûrement pas la Premier League. Christophe Hutteau le reconnaît volontiers, son joueur est à « un virage de sa carrière » car « son choix va déterminer beaucoup de choses pour la suite et s’il veut franchir une étape supplémentaire, il doit partir ». A quelques heures et détails près, cela aurait pu être à West Ham cet hiver. Mais ce n’est que partie remise car tout le monde est sur la même longueur d’onde à Montpellier. Son avenir se joue désormais ailleurs, même « s’il ne partira jamais pour partir », insiste son frère. Pour Gaëtan Laborde, deux choses seront primordiales : le projet sportif et que le MHSC s’y retrouve financièrement. Il est comme ça, loyal jusqu’au bout.

Son président, Laurent Nicollin en espère « 20, 25 ou 30 millions d’euros », son agent évalue plutôt son prix « entre 15 et 20 millions d’euros ». Peu importe, à ce prix, Gaëtan Laborde fera enfin peut-être la une.