Coupe Davis : Les Bleus s’en sortent face aux Tchèques après avoir énormément souffert

TENNIS Victoire à l'arrache jeudi pour l'équipe de France, mais victoire quand même

N.C. avec AFP
— 

C’est rien de dire que la France a réalisé une entrée poussive, jeudi, en Coupe Davis. A Innsbruck, elle a battu la République tchèque 2 à 1, et le premier match perdu par Richard Gasquet pourrait coûter cher au moment de faire les comptes pour passer en quarts. Outre la défaite de Richie (86e mondial) face à Tomas Machac (143e) en deux petits sets, Adrian Mannarino (71e) a éprouvé des difficultés à égaliser aux dépens de Jiri Vesely (82e), et la paire Nicolas Mahut/Pierre-Hugues Herbert, pourtant auréolée de son deuxième sacre aux Masters, a beaucoup souffert pour battre Jiri Lehecka associé au décidément très en verve Tomas Machac (3-6, 6-4, 6-3)

En ayant cédé un match et au moins un set par match (soit quatre sets au total), la qualification des Bleus pour les quarts passe par une victoire samedi face à la Grande-Bretagne afin de s’assurer la première place du groupe C. Une place parmi les deux meilleurs deuxièmes des six groupes paraît compromise.

« Je pense qu’ils [les Britanniques] sont sur le papier un peu plus forts que nous, mais ils sont loin d’être hors de portée. Ce sera compliqué mais pas mission impossible », a assuré Mannarino. Au vu du déroulement de la première journée, la tâche s’annonce compliquée face à une équipe composée de Cameron Norrie (12e) et Daniel Evans (25e) en simples.

« Sortir à un partout »

Compliquée également sera la tâche du capitaine Sébastien Grosjean pour choisir ses prochains joueurs de simple : conserver Gasquet malgré son échec qui l’a visiblement atteint moralement, Mannarino qui s’en est sorti avec de grandes difficultés, ou faire jouer le novice Arthur Rinderknech (58e) ?

« En entrant sur le terrain à un-zéro, je savais qu’on n’avait pas beaucoup de marge d’erreur et qu’il fallait sortir du court à un partout », a commenté Mannarino pour expliquer ses difficultés et notamment pourquoi il a été « rattrapé par la tension » à certains moments-clés, comme lorsqu’il n’est pas parvenu à conclure le premier set.

« J’ai été mauvais »

Mais, lui qui n’avait joué jusque-là qu’une rencontre de Coupe Davis, a fini par gagner et redonner le sourire aux Français en égalisant à une victoire partout. Car la première rencontre avait plongé tout le banc dans la consternation, face à l’incapacité de Gasquet à s’imposer. Sélectionné pour son expérience, il a regretté de ne pas avoir eu « le niveau ». « L’expérience, ce n’est pas tout. C’est surtout le niveau qui est important et le niveau n’était pas bon aujourd’hui, tout simplement », a analysé le joueur de 35 ans.

« J’ai été mauvais sur le match. Je n’ai pas réussi à trouver de l’énergie. C’est surtout la perte du premier set qui m’a fait vraiment plus mal que ça aurait dû », a-t-il ajouté en estimant qu’il était « moins solide qu’avant ». Heureusement, la France peut s’appuyer sur une équipe de double dominatrice. Et pourtant ! Même Mahut et Herbert ont failli se faire surprendre. « On a eu un démarrage poussif, mais dans les deuxième et troisième sets, on a bien joué », a estimé Mahut. Il faudra quand même un peu plus que ça pour venir à bout des Britanniques.