Tennis : Une vidéo montrant Peng Shuai au restaurant jugée « pas suffisante pour montrer qu'elle est libre » selon la WTA

AFFAIRE D'ETAT Des images filtrées par un journalistes proche du pouvoir montrent la joueuse chinoise souriante au restaurant avec son coach

J.L. avec AFP
— 
Peng Shuai ne donne plus signe de vie depuis son message sur les réseaux sociaux.
Peng Shuai ne donne plus signe de vie depuis son message sur les réseaux sociaux. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Le président de la WTA Steve Simon a jugé samedi dans un communiqué que les vidéos de Peng Shuai publiées par un média chinois n’étaient « pas suffisantes » pour prouver la bonne santé et la sécurité de la championne. Après des semaines sans nouvelles de la championne de tennis chinoise, qui a accusé un haut dirigeant chinois de rapport sexuel forcé, des vidéos et des photos montrant Peng Shuai souriante dans un restaurant ont été publiées par le rédacteur en chef du Global Times, média proche du pouvoir chinois.

« J’ai été très clair sur ce qui doit se passer »

Le président de la WTA, Steve Simon, s’est montré très ferme dès la disparition de Peng Shuai, réclamant une enquête « transparente et juste » sur les allégations de la trentenaire. Il a réitéré cette demande dans un communiqué samedi. « Comme je l’ai déclaré dès le départ, je suis préoccupé par la santé et la sécurité de Peng Shuai, mais également que ses accusations d’agression sexuelle soient censurées et cachées sous le tapis », a-t-il déclaré.

S’il est « positif » de voir l’athlète, « la vidéo seule n’est pas suffisante » pour montrer qu’elle est « libre de ses décisions et de ses actions », a-t-il ajouté. Le message accusant l’ancien haut dirigeant chinois Zhang Gaoli d’un rapport sexuel forcé, posté sur le réseau social Weibo le 2 novembre avait rapidement été supprimé par les autorités chinoises. « J’ai été très clair sur ce qui doit se passer, et notre relation avec la Chine est à un tournant », a martelé à nouveau Steve Simon, qui a menacé de retirer les intérêts de la WTA en Chine si rien n’était fait.

Disparition de Peng Shuai : Le Quai d’Orsay « préoccupé », l’ONU veut des preuves que la joueuse se porte bien