Disparition de Peng Shuai : Le Quai d’Orsay « préoccupé », l’ONU veut des preuves que la joueuse se porte bien

TENNIS La disparition de la joueuse chinoise Peng Shuai se transforme en point de tension diplomatique

W.P, avec AFP
— 
La joueuse chinoise Peng Shuai lors d'un match à Wimbledon contre la Roumaine Simona Halep, le 7 juillet 2017.
La joueuse chinoise Peng Shuai lors d'un match à Wimbledon contre la Roumaine Simona Halep, le 7 juillet 2017. — Adrian Dennis / AFP

La pression s’accroît autour de la Chine alors que le monde du tennis reste sans nouvelles de Peng Shuai. En dehors de la WTA, qui se mobilise par la voix de son patron Steve Simon, l’ONU​ puis la France ont fait part de leur inquiétude, vendredi, étant donné que personne n’a été en mesure de contacter directement la joueuse.

« Nous sommes préoccupés par l’absence d’informations sur la situation de la joueuse de tennis Peng Shuai, qui inquiète la communauté internationale et les milieux sportifs », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. « Nous appelons les autorités chinoises à mettre en œuvre leurs engagements en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, notamment au titre de la loi nationale contre les violences domestiques entrée en vigueur en 2016 ».

L’ONU veut des preuves de la bonne santé de Peng

Un peu plus tôt, l’ONU s’était exprimé en fin de matinée sur la disparition de Peng Shuai. L’ONU a notamment demandé des preuves que la championne de tennis chinoise, qui a disparu après avoir accusé un ancien haut dirigeant du pays de l’avoir contrainte à un rapport sexuel, va bien.

« Il serait important d’avoir des preuves sur le lieu où elle se trouve et de savoir si elle va bien. Et nous demandons instamment qu’une enquête soit menée en toute transparence sur ses allégations d’agression sexuelle », a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’homme, Liz Throssell, lors d’un point de presse à Genève.