OGC Nice-OL : Le « reversement final » de ce match remporté sur les dernières minutes doit « pousser » Galtier « à la réflexion », dit le coach

FOOTBALL Les Aiglons ont battu l’OL (3-2) in extremis, en marquant trois buts en onze minutes dans un match où les remplaçants ont été décisifs

Fabien Binacchi
— 
Andy Delort a offert l'égalisation sur un penalty
Andy Delort a offert l'égalisation sur un penalty — AFP
  • Menés 2 à 0 jusqu’à la 80e minute de la rencontre, sur leur terrain de l’Allianz Riviera, les Aiglons ont marqué trois buts en l’espace de onze minutes scellant ainsi l’issue d’un match pourtant très très mal embarqué (3-2).
  • « Ce renversement dans le final doit me pousser à la réflexion » a expliqué le coach, remerciant les derniers « entrants qui ont été bons ».

A l’Allianz Riviera (Nice),

Au bout du suspense. Les amateurs de sensation forte ont pu en avoir pour leur compte, ce dimanche, devant Nice- Lyon et son incroyable renversement. Menés 2 à 0 jusqu’à la 80e minute de la rencontre, sur leur terrain de l’Allianz Riviera, les Aiglons ont marqué trois buts en l’espace de onze minutes scellant ainsi l’issue d’un match pourtant très très mal embarqué (3-2). « Ce renversement dans le final doit me pousser à la réflexion » a expliqué le coach Christophe Galtier, remerciant les derniers « entrants qui ont été bons ».

A commencer par Youcef Attal, propulsé dans le jeu à la place de Flavius Daniliuc une minute après le deuxième but lyonnais, à la 68e. L’international algérien, qui avait à cœur de se racheter après la défaite à Troyes, a fait des merveilles à la 81e, en marquant (1-2), puis six minutes plus tard, en provoquant une faute suivis d’un penalty transformé par Andy Delort (2-2). « Quand il part, je sais qu’il peut aller au bout », s’est réjoui Christophe Galtier, précisant qu’il en attendait « beaucoup plus » de l’arrière de 25 ans.

« Un vrai exploit »

« Il faut qu’il se libère sur le plan mental, sur les blessures qu’il a eu. J’attends de Youcef qu’il soit sur ses points forts et pas en dedans. J’avais prévu de le voir demain [lundi] pour lui parler et c’est toujours prévu », a insisté le coach à l’issue de cette rencontre décidément marquée par l’action des remplaçants.

Evann Guessand, auteur du troisième but qui scellait le match à la 92e minute (3-2), mais aussi Lucas Da Cunha, Pablo Rosario ou encore Alexis Claude-Maurice ont également joué leur rôle dans l’incroyable scénario de ce match. « Gagner 3-2 à ce moment-là, c’est un vrai exploit. Ça nous montre qu’on est capable de faire des bonnes choses », a réagi ce dernier.

« Ce renversement dans le final doit pousser à la réflexion »

Victime d’une fracture tibia péroné et éloigné des terrains pendant trois mois, le jeune milieu de 23 ans s’est aussi rassuré. « Mes sensations reviennent. Je me sens de mieux en mieux, a-t-il confié. Je m’entraîne pour tout donner. Le coach compte sur moi. »

Et il pourrait être amené à faire des ajustements. « Pendant quatre-vingts minutes, nous n’avons pas su sortir le ballon et presser Lyon comme nous le voulions. On les a renversés en dix minutes. Ils ont pris une vague. Quand les changements sont bons, c’est peut-être que le onze de départ était moins bon. Ce renversement dans le final doit me pousser à la réflexion sur ce qu’on doit mettre dans l’entame de la rencontre. Elle m’appartient », a tranché l’entraîneur après ce match à rebondissements.

Il pourra modifier ses choix dès mercredi dans un match à (très gros) enjeux. Nice et Marseille vont se retrouver à Troyes pour rejouer la rencontre interrompue le 22 août par une bagarre générale.