OM – Galatasaray : Les Marseillais ne gagnent toujours pas mais « mériteraient d’avoir six points », juge Jorge Sampaoli

FOOTBALL L’Olympique de Marseille a concédé contre Galatasaray son deuxième match nul (0-0) en deux matchs de Ligue Europa

Adrien Max
— 
Dimitri Payet impuissant contre Galatasaray.
Dimitri Payet impuissant contre Galatasaray. — Daniel Cole/AP/SIPA
  • L'Olympique de Marseille n'a pas pu faire mieux qu'un match nul jeudi soir contre Galatasaray (0-0). 
  • C'est le deuxième match nul en deux journées de Ligue Europa pour les Marseillais. 
  • Jorge Sampaoli estime que l'OM aurait mérité six points après avoir dominé Moscou, puis Galatasaray. 

Au stade Vélodrome,

Un Jorge Sampaoli visiblement énervé en conférence de presse, à la hauteur de la déception des Marseillais. L'Olympique de Marseille n’a pas réussi à s’imposer jeudi soir contre Galatasaray pour la 2e journée de Ligue Europa (0-0), et concède son deuxième match nul en autant de matchs. Un résultat de nouveau rageant tant l’OM aurait dû s’imposer, après la cruelle égalisation concédée en fin de match contre le Lokomotiv (1-1) il y a 15 jours.

« Bien sur que notre équipe méritait six points après ces deux matchs. Nous étions supérieurs à Moscou, et ce soir contre Galatasaray. On méritait mieux, on mériterait d’avoir six points ce soir », a concédé un Jorge Sampaoli expéditif en conférence de presse.

Une décision à rendre fou Longoria

La première mi-temps des Marseillais était la copie conforme de celle contre Lens, dimanche, avec un adversaire moins dangereux. Under aurait pu ouvrir le score d’un délice d’enroulé du gauche (35e), mais ce sont finalement les supporters turcs qui ont mis le feu au match. Avec une pluie de fumigènes et de bombes agricoles lancées dans le virage nord, faisant jalouser les joueurs de leur précision. Au point d’obliger l’arbitre à interrompre le match durant une dizaine de minutes.

Ce qui a finalement réveillé les Marseillais pour les dix dernières minutes de la première mi-temps, et surtout la deuxième. Mais ni Dieng à deux reprises (48e et 51e), ni Saliba de la tête (59e), ni Under à bout portant (69e), n’ont réussi à libérer les Marseillais et leurs supporters encore à la hauteur du rendez-vous. C’est finalement monsieur Raczkowski qui aurait pu débloquer la situation, en indiquant le point de penalty pour une faute à l’extrême limite de la surface sur Mattéo Guendouzi (75e), encore parmi les meilleurs mercredi soir. Mais après avoir consulté la VAR, l’arbitre polonais s’est ravisé alors qu’il ne semblait pas avoir fait une erreur de jugement si manifeste dans sa première décision. Ce qui a passablement énervé le pourtant flegmatique président Longoria, fou de rage au coup de sifflet final.

« On va gagner à Rome et on pourra parler plus tranquillement »

Cruel pour des Marseillais, qui malgré les premières minutes de jeu de la saison d’Arkadiuz Milik, n’ont jamais réussi à tromper des Turcs bien en place, mais assez inoffensifs. « L’équipe a tout donné, on a eu des confusions dans les sorties de balle, on a manqué de précision devant, mais je suis quand même content de l’effort fourni par l’équipe », s’est contenté Jorge Sampaoli. « On a joué pour gagner aujourd’hui, on a les occasions, on avait tout le temps le ballon, on a fait les choses sur lesquelles on a travaillé toute la semaine. Mais le foot c’est comme ça », a également analysé Alvaro.

Sauf que l’OM enchaîne un troisième match sans victoire, après un nul contre Angers, une défaite contre Lens et ce nouveau match nul. Et ne compte que deux points, n’en déplaise à Sampaoli, avant la double confrontation contre la Lazio. « On a tout fait pour gagner, l’équipe est confiante et à Rome on va faire reproduire la même chose, on va gagner et on pourra parler plus tranquillement », s’est voulu rassurant le défenseur espagnol. En attendant, le match contre Lille se profile dès dimanche, et les Marseillais devront renouer avec la victoire, avant une pause bien méritée.