PSG-OL : « Ce n’est même pas un penalty litigieux, c’est une aberration », Jean-Michel Aulas remonté sur l'action de Neymar

FOOTBALL Le président lyonnais a réagi à la défaite de son équipe à la suite d'un coup de sifflet pour le moins douteux de Clément Turpin alors que Paris était mené 1-0

J.L.
— 
Jean-Michel Aulas lors de la présentation de Jérôme Boateng, en août 2020.
Jean-Michel Aulas lors de la présentation de Jérôme Boateng, en août 2020. — Mourad ALLILI/SIPA

On l’attendait remonté comme une pendule après cette défaite de l’OL sur le gong assortie d’un penalty plus que généreux accordé à Neymar, qui est plutôt celui qui fait faute sur Gusto que l’inverse à l’heure de jeu, mais Jean-Michel Aulas est presque resté soft au micro d’OLTV, dimanche soir dans les travées du Parc des Princes.

« Ce penalty est une aberration »

Après plusieurs compliments sur la tenue de son équipe et les qualités de son nouveau coach Peter Bosz, enfin apparues en évidence dimanche soir, le président lyonnais s’est tout de même fendu d’un commentaire acerbe à l’encontre de Jérôme Brisard, l’arbitre qui assistait Clément Turpin à la VAR : « Ce n’est même pas un penalty litigieux, c’est une aberration. L’arbitre fait partie du jeu, il peut ne pas voir une chose, Clément Turpin a fait un excellent match par ailleurs. Mais je veux entendre Monsieur Garibian pour la VAR, parce que si Monsieur Garibian ne prend pas la parole pour dire qu’il y a eu une erreur, on se trouve dans une zone de non-droit et ce n’est pas l’esprit du football. On investit des sommes considérables pour avoir un arbitrage de très haut niveau mais on n’utilise pas ces moyens, ça jette l’opprobre sur une décision qui est anormale ».

Pas de bien meilleure humeur malgré une nuit de sommeil, JMA en a remis une petite couche lundi sur twitter, réclamant l’instauration des micros ouverts pour les arbitres, comme en rugby. « Il est temps pour l’arbitrage du foot de faire sa révolution, d’être transparent. La seule solution est d’avoir comme au rugby des arbitres avec micro ouvert, tout comme les échanges VAR ». Cela n’aurait probablement rien changé à a décision de Clément Turpin dimanche soir, mais ça vaut le coup d’essayer, non ?