RC Lens-Losc : Comment Lens se prépare à accueillir le premier derby du Nord à guichets fermés depuis 11 ans

FOOTBALL Toute la ville de Lens est en ébullition avant le derby du Nord face au voisin lillois qui se dispute ce samedi (17h) au stade Bollaert

Francois Launay
— 
Bollaert sera à guichets fermés pour le derby du Nord
Bollaert sera à guichets fermés pour le derby du Nord — FRANCOIS GREUEZ/SIPA
  • Pour la première fois depuis onze ans, le derby entre Lens et Lille va se disputer à guichets fermés au stade Bollaert.
  • Un événement qui fait frissonner toute la ville de Lens.
  • Pour éviter des débordements entre supporters, un arrêté préfectoral encadrant le déplacement des fans a été pris cette semaine.

C’est une longue attente qui va prendre fin samedi après-midi. Pour la première fois depuis onze ans, le stade Bollaert sera à guichets fermés pour le derby du Nord entre le RC Lens et le Losc . A cause de plusieurs années en Ligue 2, de la a délocalisation d’une saison à Amiens et de la pandémie de Covid et ses matchs à huis clos, l’enceinte lensoise n’avait pas pu accueillir ce grand rendez-vous dans un stade plein. Alors forcément, toute la ville de Lens bouillonne à la veille de retrouver cet événement dans des conditions normales.

Exemple chez Muriel, bar de supporters situé en face du stade où le derby est sur toutes les lèvres des clients. « C’est clairement le sujet de la semaine au café. C’est l’euphorie dans les rues de Lens. Ça va faire du bien après des mois de galère. On est en manque de foot et ici, c’est une terre de foot. J’espère que la fête sera belle et qu’on gagnera », raconte Muriel qui a commandé plusieurs dizaines de fûts de bière pour l’événement.

« On est bien content que ça se remette en route »

Même impatience chez Jean-Paul Dambrine. Le roi local de la frite, qui installera samedi ses quatre friteries autour du stade, est déjà prêt à éplucher des centaines de kilos de pommes de terre pour communier autour d’un bon américain fricadelle. Et surtout retrouver le parfum du derby après des mois de pandémie où son activité était quasiment à l’arrêt.

« On est bien content que ça se remette en route. Ça va permettre de mettre un peu de beurre dans les épinards après des mois compliqués pour l’événementiel. Même si l’horaire (17h) n’est pas « Sensas ». Ça aurait été mieux si ça avait été à 20h30. Mais on est content de recevoir beaucoup de monde », se réjouit le patron des friteries…Sensas.

Lens n’a plus battu Lille en Ligue 1 depuis quinze ans

Du côté des supporters, l’impatience est tout aussi visible. Mercredi, ils étaient déjà plus de 2.000 à se déplacer pour l’entraînement des Sang et Or exceptionnellement décalé à Bollaert. Il faut dire que sportivement, Lens se porte bien. Invaincu depuis le début de saison, le Racing, 5e de Ligue 1, semble capable de faire plier le rival lillois (12e). Une victoire que les fans attendent depuis 2006, date de la dernière victoire en Ligue des Sang et Or face aux rivaux. Et pourtant, comparé à la saison passée, les fans la jouent plutôt profil bas dans les animations d’avant match comme l’explique Norman Noisette, président de la fédération Lens United qui réunit plusieurs sections de supporters lensois.

« L’an passé, on a fait deux démonstrations de force avant le match et on a pris deux fessées (0-4 ; 0-3). On essaie de rester humbles car les deux derniers de la saison dernière ont plié le game. Ça fait dix ans que Lille est au-dessus de nous, ils sont champions de France en titre, ils jouent la Ligue des champions. A choisir, je préférerais qu’on gagne sur le terrain plutôt que sur les ponts ou autour du stade », explique le supporter.

« C’est vraiment le retour du foot comme on l’aime »

Mais n’allez pas non plus croire qu’il ne se passera rien de spécial. Un grand tifo sera déployé avant le match. Et surtout, l’ambiance va monter progressivement dans et autour du stade avant le derby. « Les terrasses des cafés et des restos seront pleines plusieurs avant le coup d’envoi. C’est vraiment le retour du foot comme on l’aime, un derby avec de la tension. C’est le match que tout le monde attend depuis onze ans à Bollaert. Ça fait une éternité », constate Norman Noisette.

Botman et Fonte avaient été intraitables l'an dernier lors des deux derbys.
Botman et Fonte avaient été intraitables l'an dernier lors des deux derbys. - DENIS CHARLET / AFP

La fête, rien que la fête, c’est ce que tout le monde espère à Lens pour le derby. Même si certains redoutent des échauffourées. Car l’antagonisme entre les supporters des deux camps est fort et la courte distance entre les deux villes (35 km) pourrait conduire certains Lilllois à débarquer samedi à Lens. Pour éviter ça, un arrêté préfectoral encadrant le déplacement des supporters lillois à Lens a été pris mardi.

La sécurité au cœur des préoccupations

Dès vendredi 17h jusqu’au coup d’envoi samedi, les supporters du Losc et de Lens ne pourront se rendre sur les arrondissements d’Arras et Béthune. Le jour du match, les fans du Losc dépourvus de billet seront persona non grata dans une large partie de l’arrondissement de Lens. Ceux possédant un billet devront se rassembler à Vendin-le-Vieil pour ensuite rejoindre le stade encadrés par la police.

Des mesures drastiques dans une rencontre considérée à haut risque par les forces de l’ordre. « C’est un match de foot, on ne va pas à la guerre », tranche Muriel depuis son café. Un message d’apaisement que beaucoup souhaitent partager ce week-end pour le grand retour de cet événement sportif régional.