Mercato : La Liga espagnole dépouillée de ses vedettes, son président attaque le PSG

FOOTBALL Javier Tebas a sévèrement critiqué le Paris Saint-Germain et les « clubs-Etats », dont le modèle économique serait « insoutenable »

N.S. avec AFP
— 
Javier Tebas, président de LaLiga, l'a mauvaise à l'issue du mercato d'été.
Javier Tebas, président de LaLiga, l'a mauvaise à l'issue du mercato d'été. — Irina R Hipolito / Sipa

Après Neymar en 2017, Cristiano Ronaldo en 2018, Sergio Ramos et Lionel Messi cet été… Saison après saison, le championnat d’Espagne perd d’énormes stars. Trois des noms cités se retrouvent aujourd’hui au Paris Saint-Germain, et cela irrite Javier Tebas, le président de LaLiga.

Le patron du football professionnel outre-Pyrénées a lourdement critiqué le Paris Saint-Germain et les « clubs-Etats » (coucou Manchester City), jugeant leur modèle économique « insoutenable » sur Twitter quelques minutes après la clôture du mercato d’été dans la nuit de mardi à mercredi.



« Les clubs-Etats sont aussi dangereux pour l’écosystème du football que la Super Ligue. Nous avions été critiques envers la Super Ligue parce qu’elle détruit le football européen, et nous sommes tout aussi critiques avec le PSG », a écrit Tebas sur le réseau social.

Le Real ne digère pas le cas Mbappé

Le PSG, détenu par le fonds qatarien QSI (Qatar Sports Investment), a refusé des offres énormes (la dernière aurait dépassé les 200 millions d’euros) du Real Madrid pour son attaquant vedette Kylian Mbappé, à qui il reste une saison de contrat à Paris. Le club parisien a également recruté des stars d’envergure, surtout Messi mais également Ramos ainsi que le milieu Georginio Wijnaldum et le gardien Gianluigi Donnarumma, gonflant sa masse salariale.

« Des pertes Covid à plus de 300 millions d’euros, des revenus de droits TV en baisse de 40 % en France, et +500 millions euros en salaires ? Insoutenable », a ajouté le président de LaLiga. Du côté du FC Barcelone, étranglé par les dettes, on doit penser la même chose que Tebas.