Mercato PSG : Vendre, attendre, retenir... Que doit faire Paris après l'offensive du Real pour Kylian Mbappé?

FOOTBALL On entre dans le money-time du mercato et les choses s'accélèrent vivement autour de l'attaquant du PSG

William Pereira
— 
Kylian Mbappé et Florentino Pérez vont-ils enfin réaliser leur rêve?
Kylian Mbappé et Florentino Pérez vont-ils enfin réaliser leur rêve? — SIPA
  • Le Real Madrid est passé à l'attaque pour Kylian Mbappé
  • Le club merengue a formulé une première offre de 160 millions d'euros sur la table
  • Le PSG en attend plus mais semble pour la première fois ouvert à un départ de son attaquant

Tic, tac, tic, tac. Josep Pedrerol et ses disciples du Chiringuito, la grand-messe télévisée du football espagnol, se sont trouvé un nouveau « gimmick » pour la fin du mercato. Du genre simple à retenir et qui tourne en boucle quand vous essayez désespérément de trouver le sommeil à 3h du mat’. Tic, tac, tic, tac, c’est le bruit des secondes qui défilent sur le compte à rebours du marché des transferts, dont le terme est programmé au 31 août à 23h59. Ou bien le temps qui nous sépare de ce qui paraît désormais inévitable : le départ de Kylian Mbappé au Real Madrid.

Longtemps, on s’est interrogé sur la stratégie du club merengue. Attendrait-il 2022 pour cueillir sa cible prioritaire ou tenterait-il le coup dès 2021 ? Les premiers bruits de couloirs du mercato laissaient plutôt présager du premier scenario, ce que les derniers ont fini de confirmer. Le temps de l’attente et des sous-entendus – comme ceux de Toni Kroos dans son podcast – est révolu, et L’Equipe balance la sauce mercredi : l’offensive du Real pèse 160 millions d’euros.

Boum ! Le PSG a bien entendu refusé la première offre car l’art de la négociation l’exige, qui plus est dans les affaires de grande ampleur, mais la base est fixée. Et elle est haute, en tout cas suffisamment pour avoir surpris les dirigeants parisiens et semé le doute dans leurs esprits, eux qui sont d’habitude si peu enclins à vendre leurs cracks, quitte à les voir partir libres et rancuniers. Mais n’est-il pas préférable, pour une fois, de déroger à la règle de l’inflexibilité ?

Vendre, car il y a un magot inespéré pour un joueur en fin de contrat

La position officielle de Nasser Al-Khelaïfi sur Mbappé met l’international français au centre du projet. Parce qu’il est jusqu’à preuve du contraire la grande star de sa génération et que sa jeunesse offre la garantie et le confort du long terme. Mais le boss du PSG sait où il met les pieds et ce n’est pas pour rien que le club serait prêt à négocier avec le Real en cas d’offre de 200 millions d’euros ou plus, un prix inespéré pour un joueur dont le contrat arrive à expiration dans un an, Mbappé ou pas.

Kylian est dans toutes les têtes à Madrid
Kylian est dans toutes les têtes à Madrid - Kieran McManus/BPI/REX/SIPA

Contrairement au Barça, la Casa blanca a fait ses réserves et se porte encore mieux depuis les ventes de Varane, Odegaard et compagnie. Si Paris se montre habile à la table des négociations, il y a là moyen de récupérer un gros chèque, à réinvestir. Le nom de l’attaquant brésilien Richarlison (Everton) circule et Robert Lewandowski, désireux de tenter un nouveau défi, aurait été proposé par Pini Zahavi. Mais on parle là d’une opération à plus de 100 millions d’euros que l’on voit mal se réaliser en deux, trois jours. Idem pour Erling Haaland, même si on peut imaginer que Dortmund verrait d’un bon oeil une grosse vente du Norvégien, qui ne coûtera plus « que » 75 millions d’euros en 2022 (merci la clause).

Retenir, la perte sportive est trop grande

Aussi intéressante soit-elle, la perspective d’encaisser un gros virement a donc de grandes chances d’être accompagnée d’une perte sportive. Messi, Neymar – qui n’oublions pas est blessé trois mois par an – Di Maria, Icardi – qui ne court pas – c’est pas mal, mais ça manque cruellement de profondeur sut le front parisien. Sans compter qu’en plus de s’affaiblir, Paname refourguerait 40-45 buts annuels à un concurrent direct à la victoire en C1, l’objectif plus que jamais ultime des Qataris à un an et demi de leur Coupe du monde. A l’inverse, forcer Mbappé à rester un an de plus, c’est regarder le Real Madrid se noyer en quarts de finale de Ligue des champions avec Hazard et Vinicius Jr et se marrer un bon coup.

Attendre, parce que tant qu’il y a de la vie, y a de l’espoir

« Je vais être clair : Kylian va rester à Paris, on ne va jamais le vendre et il ne partira jamais libre. » Ces paroles de Nasser Al-Khelaïfi ont beau dater de juin, elles n’en existent pas moins, et traduisent l’ambition d’un homme. Garder Mbappé cette saison, c’est se donner un peu plus de temps pour lui enlever le Real Madrid du crâne et le faire prolonger une bonne fois pour toutes. Information d’El Confindencial qui vaut son pesant de cacahuètes si elle est avérée : aguiché par la gueule du nouveau contrat proposé par le PSG, Wilfried Mbappé, père de, s’est prononcé auprès du fiston en faveur d’une prolongation. A sa place, on aurait fait pareil, car à lire Leonardo sur RMC Sport, l’offre a de la gueule : « on a fait deux offres importantes à Kylian : une au niveau des tops joueurs de l’effectif il y a deux mois et une au-dessus de ces joueurs très récemment. »

Vendre, parce que Paris l’a promis à Kyky

D’un autre côté, il faut se rendre à l’évidence. La grenouille de Bondy envenime la situation pour arriver à ses fins et tout le monde à Paris en a marre, même ses plus fidèles supporters. Il rêve du Real Madrid depuis l’adolescence et les Merengue le suivent depuis au moins aussi longtemps. Pour Florentino Pérez, ça vire carrément à l’obsession depuis qu’il a loupé KM9 à l’époque où ce dernier venait d’exploser à Monaco. Dès lors, il n’a de cesse de le répéter, « Kylian jouera au Real, un jour ou l’autre », et ses socios, lui vouant une foi aveugle, inondent les réseaux de montages de la star avec un maillot blanc.

Au fond, il y a bien longtemps que le scenario Mbappé est écrit. Le quotidien sportif As ne manque pas de rappeler cette promesse faite par Al-Khelaifi en 2017 : le jour où le Real viendra négocier avec lui, le PSG ne s’y opposera pas. Ce jour-là est arrivé, puisque l’emblème espagnol a, d’après RMC, demandé à ouvrir des discussions avec sa cible en même temps qu’il a posé 160 millions d’euros sur la table. Nasser est confronté à sa promesse, mais il ne serait pas le premier à se trahir. N’est-ce pas son buteur qui, des semaines auparavant, avait lié son avenir à la qualité du mercato parisien ?