PSG-Strasbourg : Les Avengers, le retour du public et la victoire... Samedi soir, Paris était vraiment une fête

FOOTBALL Les Parisiens et leurs supporters ont vécu une soirée de rêve samedi à l’occasion de la réception de Strasbourg au Parc des Princes

Aymeric Le Gall
— 
Les Parisiens ont vécu une soirée de rêve samedi au Parc des Princes.
Les Parisiens ont vécu une soirée de rêve samedi au Parc des Princes. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
  • Le PSG s’est imposé (4-2) samedi soir contre le Racing Club de Strasbourg, dans un Parc des Princes tout heureux de retrouver ses 45.000 supporters.
  • La soirée a aussi été marquée par la présentation en grande pompe de ses cinq nouvelles étoiles, Hakimi, Sergio Ramos, Wijnaldum, Donnarruma et Leo Messi.
  • Seule petite ombre au tableau : les sifflets d’une partie du public à l’encontre de Kylian Mbappé, qui a répondu à sa manière en livrant une perf' XXL.

Au Parc des Princes,

Il y a des soirées qui comptent plus que d’autres dans le football et celle de samedi, à l’occasion du match PSG-Strasbourg au Parc des Princes, fait clairement partie de ces nuits qu’on n’est pas près d’oublier. Du grand retour du public parisien après un an et demi de privation à la présentation clinquante des nouvelles stars du PSG, Messi en tête, en passant par la victoire 4 à 2 des Rouge et Bleu, tout était réuni pour que les fans du club de la capitale passent un moment Nutella. Retour sur cette soirée parisienne vraiment pas comme les autres.

Et soudain, la lumière fut

Fans de foot et gens de bons goûts que vous êtes, vous comprendrez aisément qu’on entame ce récit non pas par la présentation de Leo Messi, pourtant l’événement majeur de ce premier match de la saison au Parc, mais par le retour du public au stade après dix-huit mois de huis clos à se taper la tête contre un mur en crépis. En les voyant à nouveau garnir ces gradins et emplir de bruit un Parc des Princes resté trop longtemps aphone, on s’est rappelé à quel point le football n’était rien (ou si peu) sans ces milliers d’amoureux.

Les premiers mots, simples, sincères, du speaker du Paris Saint-Germain ont d’ailleurs été pour eux. « Vous nous avez tellement manqué, vous m’avez tellement manqué », a hurlé Michel Montana, qui avait exceptionnellement troqué son habituelle veste de costard contre un maillot rouge et bleu, pendant l’échauffement des joueurs. Et on peut dire que ceux-ci le lui ont plutôt bien rendu d’un bout à l’autre de la soirée avec, à la baguette, un Collectif Ultras Paris survolté et auteur d’un sublime tifo à l’entrée des joueurs.

Le virage Auteuil a retrouvé ses locataires.
Le virage Auteuil a retrouvé ses locataires. - Aymeric Le Gall / 20 Minutes

Messi et ses Avengers présentés en grande pompe

C’était LE moment attendu par tout le peuple parisien : la présentation de Leo Messi. Pour être sûr de ne pas manquer une miette des premiers pas de la Pulga dans son nouveau jardin, les supporters se sont dirigés très tôt vers le Parc des Princes. Déjà dans le métro menant à la Porte de Saint-Cloud, il régnait une ambiance générale inédite, mélange de surexcitation et de sidération à l’idée de voir Messi sous le maillot du PSG. Si les cinq autres recrues estivales ont toutes eu droit à un accueil chaleureux de la part des 46.000 supporters, l’apparition du meilleur joueur du monde à 20h13 très exactement a provoqué une déflagration difficilement descriptible. Mené par le virage Auteuil, le Parc tout entier a scandé son nom durant de longues minutes avant de finalement lui laisser en placer une au micro.

« Ça a été une semaine très spéciale pour moi. Je veux remercier tous les supporters pour l’accueil à Paris. C’est vrai que c’était incroyable, je me sens très heureux d’être ici, de cette nouvelle étape dans ma carrière. J’espère qu’on pourra tous ensemble profiter et faire une grande année », a-t-il déclaré, visiblement impressionné par l’accueil qui lui a été réservé. Si la présentation de Neymar en 2017 nous avait paru plus clinquante encore, avec un tour de terrain interminable et des séances photos avec les supporters, celle de Messi et des quatre autres Avengers a tout de même marqué les esprits. A eux maintenant d’entretenir la flamme dans les semaines et les mois à venir.

De gauche à droite, Achraf Hakimi, Georginio Wijnaldum, Gianluigi Donnarumma, Sergio Ramos et Lionel Messi posent lors de la cérémonie de présentation au Parc des Princes, à Paris, le 14 août 2021.
De gauche à droite, Achraf Hakimi, Georginio Wijnaldum, Gianluigi Donnarumma, Sergio Ramos et Lionel Messi posent lors de la cérémonie de présentation au Parc des Princes, à Paris, le 14 août 2021. - BERTRAND GUAY / AFP

Mbappé, les sifflets et le coup de pression

Au beau milieu de cette soirée idyllique - comme le PSG ne fait jamais rien comme les autres –, un petit bémol cependant : la bronca d’une partie du public parisien contre Kylian Mbappé au moment où sa photo est apparue sur les écrans géants du Parc. Agacés par les tergiversations du Bip-Bip de Bondy, qui jouent avec les nerfs de pas mal de monde en refusant pour le moment de prolonger son contrat avec le Paris Saint-Germain, les supporters l’ont averti que leur patience avait des limites. En revanche, on n’ira pas jusqu’à pousser la comparaison avec l'ambiance détestable qui régnait au Parc il y a deux ans autour de Neymar (c’était déjà contre Strasbourg), quand le Brésilien se faisait pourrir à chaque fois qu’il touchait le ballon.

Non, durant la rencontre aucun sifflet n’est descendu des tribunes contre l’international français, preuve qu’il s’agissait plus d’un coup de pression que d’un divorce consommé. Toujours est-il que Mbappé a répondu à sa manière, en claquant un match impressionnant ponctué par un presque but (son tir est dévié par Ajorque dans ses propres filets) et une passe dé pour Sarabia en fin de match, sans jamais montrer une quelconque rancœur à l’égard du public. Interrogé à ce sujet en conférence de presse après la rencontre, Mauricio Pochettino a préféré jouer les innocents : « Je n’ai pas entendu les sifflets à l’encontre de Kylian ». Si de son côté le joueur ne s’est pas exprimé publiquement après le match, on l’a trouvé particulièrement enjoué au moment d’aller célébrer la victoire au pied du virage Auteuil. Sans rancune, donc ?

Paris déroule avant de se faire (un peu) peur

D’un point de vue sportif, enfin, parce qu’il y avait quand même un match de football à jouer, le PSG a soufflé le chaud et le froid, avec une première période version rouleau compresseur, conclue par un 3-0 propre et net, et un second acte beaucoup plus poussif qui a même failli voir les Strasbourgeois remonter le score après les buts de Gameiro et Ajorque (53e, 64e). Reste que l’impression générale laissée par ce PSG bis, privé de Messi, Neymar, Di Maria, Marquinhos et Verratti, tous absents de la feuille de match samedi soir, est plutôt bonne dans l’ensemble. C’était aussi de l’avis de Pochettino, qui s’est dit « très content du résultat ».

« La première période a été très bonne car on a été performant dans la possession et la circulation du ballon. On a marqué trois buts, on a eu beaucoup d’occasions et on n’en a pas concédé, ce qui est difficile dans cette Ligue très compétitive. On a baissé un peu d’énergie après avoir encaissé le premier but, mais dans l’ensemble on a réussi un bon match », a-t-il détaillé. L’Argentin était d’autant plus satisfait qu’il a vu comme nous ses concurrents directs se (re) prendre les pieds dans le tapis (Monaco battu 1-0 à Lorient, Lille ratatiné 4-0 par Nice). Dimanche matin son PSG est en tête de la Ligue 1, jusqu’ici tout va (très) bien.