FC Nantes : Colère des supporters après l’interdiction de déplacement pour un amical face à Guingamp

FOOTBALL Le préfet de Loire-Atlantique a interdit aux supporters du FCN d’assister au match face à l’En Avant Guingamp à Pornic mercredi. Cette rencontre amicale se jouera à huis clos

Camille Allain
— 
Le défenseur du FC Nantes Fabio ici avec les supporters en amont du match du maintien en Ligue 1 face à Toulouse.
Le défenseur du FC Nantes Fabio ici avec les supporters en amont du match du maintien en Ligue 1 face à Toulouse. — S. Salom Gomis / AFP
  • Le premier match amical du FC Nantes se jouera à huis clos ce mercredi à Pornic face à Guingamp.
  • Le préfet de Loire-Atlantique a publié un arrêté interdisant le déplacement des supporters des Canaris, sur fond de tension avec la famille Kita.
  • En colère, l’association nationale des supporters espère faire annuler cet arrêté qu’elle juge liberticide.

« Le FC Nantes a peur de ses supporters. » L’interdiction de déplacement des supporters nantais décrétée par le préfet de Loire-Atlantique pour un match amical à Pornic ne passe décidément pas. Privé de son public depuis près d’un an, le FCN avait la possibilité de retrouver ses couleurs ce mercredi à l’occasion d’un premier match de préparation face à Guingamp (Ligue 2). Samedi, son voisin le Stade Rennais avait goûté à ce petit bonheur oublié à l’occasion d’un amical disputé à Dinard. Le FC Nantes n’y aura pas droit.

La raison ? La préfecture a interdit le déplacement de « toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Football club de Nantes ou se comportant comme tel ». En accord avec la préfecture, la mairie de Pornic a donc pris un arrêté imposant le huis clos pour ce match qui se disputera au stade Val Saint-Martin.

Un temps envisagée, la jauge à 1.000 personnes n’est déjà qu’un lointain souvenir. « On aurait préféré avoir notre public », explique la direction du club. La préfecture en a décidé autrement notamment en raison « du risque de trouble à l’ordre public ». Dans son arrêté, le préfet Michel Bergue évoque « le comportement violent de certains supporters du fait notamment de la très forte hostilité à l’égard de l’équipe dirigeante du club », citant également « la présence de supporters du groupe ultra de la Brigade Loire ».

L’association nationale des supporters va le contester

Cet arrêté sera contesté par l’avocat de l’association nationale des supporters. « Nous lui avons demandé de contester la légalité de cet ignoble arrêté devant les tribunaux. Les préfectures et nos libertés fondamentales de citoyens n’ont pas à être les variables d’ajustement des carences de certains clubs et de leurs politiques anti-dialogue », a fait savoir l’association sur Twitter.

Depuis plusieurs mois, une partie des supporters nantais est en guerre contre le président Waldemar Kita et son fils Franck, propriétaires du club depuis 2007. Avant le dernier match de la saison face à Montpellier, un « enterrement » du cercueil du « FC Kita » avait été organisé pour dénoncer « une gestion bordélique ».

Le cercueil avait été déterré par la direction du club après la défaite face à Toulouse qui avait offert le maintien en Ligue 1 au FC Nantes. Des personnes encagoulées avaient fait irruption à la Beaujoire, blessant plusieurs personnes. Quatre interpellations avaient eu lieu et des plaintes avaient été déposées. La saison n’a pas encore commencé au FC Nantes. Mais elle s’annonce déjà longue et pénible.