Tour de France 2021 : Guillaume Martin change ses plans pour réaliser son « grand coup d’éclat »

CYCLISME Le grimpeur et philosophe de la formation Cofidis va délaisser le général cette année et visera une victoire d’étape sur le Tour

Jérôme Gicquel
— 
Guillaume Martin a terminé 20e du Dauphiné cette année.
Guillaume Martin a terminé 20e du Dauphiné cette année. — Alain Jocard / AFP
  • Meilleur Français sur le Tour l’an dernier, Guillaume Martin ne visera pas le classement général cette année.
  • Le grimpeur de la Cofidis va se concentrer sur une victoire d’étape.
  • Il voit dans cette nouvelle stratégie l’occasion « de se renouveler pour ne pas tomber dans une forme de lassitude ».

De notre envoyé spécial à Brest,

Il a fini deux fois de suite au pied du top 10 en terminant 12e en 2019 et 11e et premier Français en 2020. « J’ai fait de bons résultats mais jamais ce grand coup d’éclat », reconnaît-il. Alors cette année, Guillaume Martin a décidé de changer son approche du Tour de France en se détachant totalement du général pour viser une étape. « C’est bizarre mentalement car c’est une nouvelle manière d’envisager le Tour pour moi », indique le leader de la formation Cofidis.

Diplômé de philosophie, le Socrate du peloton a pris sa décision assez tôt dans la saison en voyant le parcours de cette 108e édition qui s’annonce moins montagneuse. « Il y a aussi la perspective des Jeux olympiques de Tokyo qui réclameront de la fraîcheur », souligne-t-il. Libéré du poids du général qui réclame « beaucoup d’énergie », le grimpeur français se prépare donc à passer à l’offensive sur les routes du Tour pour décrocher une étape qui manque encore à son palmarès.

« Il faut savoir se renouveler par moments »

Car s’il ne « court pas après la reconnaissance », il sait aussi qu’une victoire d’étape « a une tout autre saveur aux yeux du public et en termes d’émotions » par rapport à une 11e place. Le coureur normand voit aussi dans cette nouvelle stratégie un challenge personnel. « Il faut savoir se renouveler par moments pour ne pas tomber dans une forme de lassitude, indique le leader de la Cofidis. J’ai aussi envie de montrer que ma palette est assez large ».

Si l’occasion se présente, Guillaume Martin pourrait également s’inviter dans la bataille pour le maillot à pois de meilleur grimpeur, qu’il avait décroché l’an dernier sur les routes de la Vuelta. « Mais cela peut aussi être un handicap de porter le maillot à pois si on vise une étape, estime-t-il. Ce sera un objectif second. »