Euro 2021 : L’UEFA ouvre une enquête après une banderole et des cris racistes à l’encontre de Pogba, Kanté et Mbappé

RACISME Une banderole homophobe a été déployée dans les tribunes de la Puskas Arena et des cris de singes ont visé certains joueurs français

X. R.

— 

Les ultras hongrois n'ont pas trop apprécié le genou à terre avant le match.
Les ultras hongrois n'ont pas trop apprécié le genou à terre avant le match. — Gabor Sas /SPP/Sipa USA/SIPA

Souvent critiquée en Europe pour les positions de son Premier ministre, Viktor Orban, la Hongrie confirme sa triste réputation à l’occasion de l' Euro 2021. Certains supporteurs se sont visiblement retrouvés dans les travées de la Puskas Arena, pleine à 100 % et ignorant les gestes barrières, pour proférer des insultes racistes. Une banderole homophobe déployée lors de Hongrie-Portugal, puis des cris racistes lors de Hongrie- France, le tableau est navrant.

Alertée par le réseau antidiscrimination sur la première affaire, l’UEFA a nommé « un inspecteur éthique et disciplinaire » pour enquêter. Les cris racistes, proférés par des ultras hongrois placés en bas d’une tribune, auraient visé prioritairement N’Golo Kanté, Paul Pogba et Kylian Mbappé.

Les demi-finales et la finale délocalisées ?

Ces tristes révélations interviennent dans un contexte particulier. L’UEFA réfléchit en effet à délocaliser les demi-finales et la finale de l’Euro de Wembley à Budapest, si le gouvernement britannique ne lève pas les restrictions sanitaires liées au Covid-19, pour maximiser le nombre de supporteurs en tribunes. Un tel comportement des fans hongrois a de quoi faire réfléchir l’instance.

Dans le même esprit, le maire de Munich a demandé l’autorisation d’illuminer l’Allianz Arena aux couleurs du drapeau LGBT lors d’Allemagne-Hongrie, en protestation à la loi visant à interdire la « promotion » de l’homosexualité auprès des mineurs, autrement dit les programmes éducatifs et culturels où l’homosexualité serait évoquée, soutenue par le gouvernement Orban.