La FFR crée un poste de président délégué, l’opposition dénonce un « coup d’Etat »

RUGBY Florian Grill estime qu'il s'agit d'un poste pour que Serge Simon prépare succession de Bernard Laporte, qui viserait désormais World Rugby

N.C. avec AFP
— 
Bernard Laporte-Serge Simon, le duo à la tête du rugby français.
Bernard Laporte-Serge Simon, le duo à la tête du rugby français. — FRANCK FIFE / AFP

La Fédération française de rugby (FFR), dirigée par Bernard Laporte, a voté samedi lors de son assemblée générale financière la création d’un poste de président délégué, une modification du règlement intérieur dénoncée comme un « coup d’Etat » par l’opposition.

Christian Dullin, le secrétaire général de la FFR, a justifié la résolution adoptée à 61,32 % des voix – représentant un peu moins de la moitié des clubs – par un besoin de « modernisation » et de « simplification » de l’institution basée à Marcoussis. « Le président ne peut pas être partout et représenter la Fédération partout », a encore expliqué le vice-président Serge Simon.

Un poste sur-mesure pour Serge Simon selon Ovale Ensemble

L’opposition à la gouvernance en place, incarnée par le président de la Ligue Ile-de-France Florian Grill, battu de peu lors de la réélection de Laporte début octobre, avait dès jeudi dénoncé un « coup d’Etat ».

« Tout le monde aura compris qu’il s’agit dans les faits de nommer Serge Simon au poste de président délégué de la Fédération Française de rugby », ont prévenu les élus Ovale Ensemble, pour qui « Bernard Laporte n’a d’ambition que pour son avenir à World Rugby », dont il a été élu vice-président début mai.

« Je serai toujours présent », défend Laporte

« Pas du tout », a répondu Laporte : « je resterai en poste jusqu’à la fin. J’ai été élu vice-président de World Rugby, c’est beaucoup de travail, c’est grosso modo une réunion tous les deux jours. La modification du règlement intérieur ne va pas du tout dans le sens de déléguer dans le sens où je ne serai plus là. Au contraire, je serai toujours présent. »

Pour Ovale Ensemble, Laporte souhaite déléguer la gestion de la FFR à Simon, « préalablement augmenté ainsi que toute la direction générale ». « La loi ne le permet pas », a balayé Laporte. « La rémunération qui m’est donnée n’a jamais été augmentée, c’est un mensonge », a déclaré Simon qui a précisé que la rémunération liée à sa présence au conseil de World Rugby était reversée à la FFR.