Olympiakos - OM : « La honte de ma vie » ou comment Diawara a vécu la dernière participation des Marseillais en 2013

FOOTBALL L’Olympique de Marseille retrouve la Ligue des champions ce mercredi (21 heures) face à l’Olympiakos. Lors de leur dernière participation en 2013-2014, les Marseillais n’avaient pas inscrit le moindre point

Adrien Max

— 

Pour Souleymane Diawara, les 0 point en Ligue des champions sont « la honte de [s]a vie ».
Pour Souleymane Diawara, les 0 point en Ligue des champions sont « la honte de [s]a vie ». — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
  • Après sept ans d’absence, l’OM retrouve la Ligue des Champions contre l’Olympiakos de Mathieu Valbuena.
  • Lors de sa dernière participation en 2013/2014, le club n’avait récolté aucun point : une première pour un club français en C1.
  • L’ancien défenseur Souleymane Diawara confie sa « honte » après ce triste record.

Quel est le premier souvenir qui te revient quand on évoque la dernière participation de l'OM en Ligue des champions ? « L’année des 0 point ? C’était une catastrophe, j’avais carrément honte de moi », lâche l’ancien défenseur, Souleymane Diawara. A l’heure où l’Olympique de Marseille s’apprête à retrouver la plus grande compétition européenne avec un déplacement à l’Olympiakos, mercredi à 21 heures, les souvenirs de la dernière participation du club en C1 sont douloureux.

Et pour cause, la dernière participation de l’OM en Ligue des champions remonte à la saison 2013/2014 et un zéro pointé en phase de groupe, avec six défaites en six matchs, 14 buts encaissés, pour 5 marqués.

« J’aurais préféré ne pas jouer la Ligue des champions »

Un parcours que Mathieu Valbuena a tenu à relativiser dans les colonnes de L’Equipe : « On avait fait des bons matchs, qui ne s’étaient joués à rien, notamment à domicile. On n’aurait pas pu passer mais le zéro ne reflète pas le contenu de nos prestations. » Tout en rappelant la qualité des adversaires de l’OM cette année-là avec un groupe « de la mort » composé d’Arsenal, 4e du championnat anglais, Dortmund, second de Bundesliga et Naples, second de Série A.

« Je suis d’accord avec Mathieu, poursuit Souleymane Diawara, c’était un groupe difficile et certains matchs étaient serrés. Mais à la fin de quoi on se souvient ? Des 0 point. » Il poursuit:

Je te promets que j’aurais préféré ne pas jouer la Ligue des champions si j’avais su que ça se finirait comme ça, c’était la honte pour les supporters. Ça a insufflé une spirale négative pour le reste de l’année. »

« Une des rares années où on n’a pas chambré »

Effectivement, il n’y a pas que sur le terrain que ce triste record a laissé des traces. Emilie, ancienne abonnée des MTP, se souvient. « C’était vraiment l’année de la honte, c’est une des rares années où on n’a pas chambré. Ça faisait un peu mal au c**. » Elle partage la vision de Souleymane Diawara sur la fin de saison. « Forcément ça a un lieu avec ce qu’il s’est passé après [l’entraîneur Elie Baup a été limogé dans la foulée]. Tu as besoin de sérénité, de voir qu’il y a un pilote dans l’avion. Les supporters étaient très remontés, surtout contre Anigo », se souvient la supportrice.

Une campagne de Ligue des champions catastrophique synonyme de fin de cycle pour l’OM. « On fait le doublé en 2010, on se dit que ça part de là, qu’on va surfer sur la vague et tu passes d’un truc trop cool à un truc trop nul. Tu retombes dans le creux de la vague », estime-t-elle.

« Pas mal d’eau a coulé sous les ponts »

Si ce triste record a marqué une génération, Emilie considère qu’il ne devrait pas peser sur les épaules de l’effectif actuel. « Déjà ça leur enlèvera de la pression, ce ne seront pas les premiers à faire 0 point. Et il y a quand même plus d’éléments positifs, tu as gagné Paris donc c’est jouable, l’ambiance est bonne dans le groupe, comme la confiance dans le coach. Il n’y a pas ce climat délétère et le dernier match contre Bordeaux est pas mal », liste-t-elle.

« Il y a quand même pas mal d’eau qui a coulé sous les ponts depuis. Ils ont joué une finale d’Europa League, c’est une nouvelle génération qui s’est battue l’année dernière pour être en Ligue des champions. Le groupe de cette année reste difficile, mais je rêve qu’il finisse deuxième », souhaite Souleymane Diawara. Mais attention, avec l’OM, les vieux démons ne sont jamais très loin.