PSG - OM : « Le racisme, c'est non », Neymar lance des accusations graves contre Alvaro après son expulsion

FOOTBALL Très en colère, le Brésilien a accusé le défenseur marseillais d'insultes racistes pendant le classique perdu par le PSG (0-1)

J.L.

— 

Neymar a accusé Alvaro de racisme à plusieurs reprises au court de la rencontre contre l'OM.
Neymar a accusé Alvaro de racisme à plusieurs reprises au court de la rencontre contre l'OM. — FRANCK FIFE / AFP

C’est une polémique qui va nous faire le début de semaine, et plus encore, si elle est avérée. Expulsé après la bagarre générale de la fin de match​, qui a vu l’arbitre central brandir cinq cartons rouges à la volée, Neymar n’est pas rentrée dans le vestiaire directement. Il a foncé droit sur le 4e arbitre pour se plaindre en espagnol, et les caméras de télévision n’ont rien raté de ce dialogue.

« Il est raciste, c’est pour ça que je l’ai frappé »

« Le racisme c’est non », s’insurge le Brésilien à plusieurs reprises, avant de cibler directement le défenseur marseillais Alvaro. « Il est raciste, c’est pour ça que je l’ai frappé à la fin ». Une tape sur la nuque pas bien méchante qui a semblé atteindre Alvaro comme une balle de revolver à bout portant. Des images de Téléfoot montrent que le Brésilien s’est déjà révolté en première mi-temps auprès du corps arbitral, avec les mêmes mots : « Le racisme, non, le racisme, non. Putain de championnat ».

Les mots en question ? On ne les a pas entendus, même si sur les réseaux sociaux circulait dimanche soir un extrait du match ou Neymar explique avoir été traité de « fils de pute de singe » par son adversaire. Toujours hors de lui après le match, le Brésilien a précisé sa pensée sur ces mêmes réseaux : « La seule chose que je regrette, c’est de ne pas avoir cassé la figure de ce c… »

Aucune preuve par l’image des accusations de Neymar (pour le moment)

Interrogé sur l’altercation en conférence de presse, AVB a semblé gêné aux entournures, comme s’il avait peur de défendre l’indéfendable : « Je ne sais pas, j’espère qu’il ne s’est rien passé. Il n’y a pas de place pour ça dans le football ». Leonardo, pourtant à la limite du politiquement correct sur la prestation de l’arbitre du soir, qui a dû sortir 14 cartons jaunes et cinq cartons rouges, n’a pas ajouté d’huile bouillante sur le feu : « La télévision est là, il y aura les images, et ce sera jugé ».

De son côté, Neymar a publié un second tweet un peu plus tard dans la soirée, dimanche. « Le VAR condamne mon agression, c'est facile. Je vois qu'ils montrent l'image du raciste qui me traite de fils de pute de singe...je veux le voir !! Quand je fais le sombrero vous me punissez, quand je réagis,je suis expulsé. Et eux ? », s'interroge le Brésilien encore très énervé. Les images ne sont pas sorties à l'heure où nous écrivons cet article, mais si c’est le cas, ça pourrait coûter très cher à Alvaro Gonzalez.