PSG-OM : Dix ans après, l’OM s’impose (enfin) au Parc des Princes au terme d’un match de brutes épaisses

FOOTBALL On a fait un retour dans les années 90 avec un Classique PSG-OM plus tendu que jamais sur la pelouse et (très) pauvre en jeu

Aymeric Le Gall

— 

Thauvin a inscrit le but de la victoire pour l'OM au Parc des Princes dimanche soir.
Thauvin a inscrit le but de la victoire pour l'OM au Parc des Princes dimanche soir. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

Petite révolution dans le Classique. Dix ans après sa dernière victoire au Parc des Princes, l’OM est enfin reparti de Paris avec autre chose que des maux de têtes et des buts dans les fouilles. Les Marseillais se sont imposés 1-0 grâce à un but de Florian Thauvin face à un PSG loin d’afficher un niveau de forme optimal. Récit d’une soirée historique à défaut d’être passionnante.

Paris se renforce, Thauvin surgit. Longtemps les Marseillais ont cru affronter un PSG version foot loisir du fait des hécatombes liées au Covid-19 Mbappé, Marquinhos, Icardi et consorts, mais c’était compter sans Thomas Tuchel, qui a préféré aligner d’entrée Neymar et Di Maria malgré les deux pauvres entraînements qu’ils avaient dans les pattes depuis leur retour de maladie. Mieux armé que prévus, les Parisiens ont donc plutôt logiquement maîtrisé le début de match, sans forcément se créer des occasions et ce malgré les galettes distillées par la nouvelle recrue Alessandro Florenzi depuis son côté droit. Mais c’est bien l’OM qui a pris les devants avant la pause grâce à un but de Thauvin, parfaitement servi sur coup franc par Payet, qui ne fut pas sans rappeler celui du duo Zidane-Henry en 2006 face au Brésil.

Ambiance foot district au Parc. Pour qui s’était régalé samedi devant la reprise de la Premier League et cet incroyable Liverpool-Leeds (4-3), il a fallu sacrément se mouiller la nuque pour supporter la faiblesse du spectacle au Parc des Princes dimanche. Côté tension en revanche, rien à dire, les acteurs ont fait le job. Bien chauffés par le « chambrage » sur les réseaux sociaux de Dimitri Payet après la défaite en finale de Ligue des champions, les Parisiens, menés par un Neymar chaud comme la Californie, n’ont pas manqué une occasion de s’embrouiller avec leurs ennemis du soir. A l’arrivée, beeeeaucoup de cartons (dont cinq rouges d’une traite pour Amavi, Benedetto, Paredes, Neymar et Kurzawa en toute fin de match après une embrouille géante sur la pelouse !) et peu de jeu. Clairement pas notre came…

Drôle de VAR. Après avoir vu Di Maria se faire refuser un but pour une position de hors-jeu, les hommes de Villas-Boas pensaient avoir fait le plus dur en doublant la mise par Benedetto (62e), mais c’était oublier les arbitres qui, VAR à l’appui, ont jugé que Thauvin était hors jeu au départ de l’action. Une décision plus que limite au vu du ralenti… Disons que ça aura permis d’équilibrer maladroitement les choses puisque Thauvin semblait bien en position illicite sur son but en première période.