Ligue 1 : La DNCG valide les comptes des Girondins de Bordeaux

FOOT Le club bordelais passe une étape importante, malgré les tensions en coulisses et les difficultés financières liées au coronavirus

D.Bd avec AFP

— 

Le président des Girondins de Bordeaux Frédéric Longuépée au Haillan, le 8 novembre 2018.
Le président des Girondins de Bordeaux Frédéric Longuépée au Haillan, le 8 novembre 2018. — UGO AMEZ/SIPA

Le matin même, le maire Pierre Hurmic (EELV) avait réaffirmé son intention de se mêler des affaires du club, puisque son président Frédéric Longuépée « jusqu’à présent n’a pas trop bien réussi ». Mais en matière de gestion, il n’a pour l’instant pas échoué, pourra rétorquer Longuépée. Les Girondins de Bordeaux, en pleine tension entre leurs supporters et leur propriétaire américain, ont passé sans encombre l’examen comptable de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), qui a annoncé jeudi n’avoir pris aucune mesure contre le club.

Pour Bordeaux, cette nouvelle est un soulagement, tant ces dernières semaines ont été agitées sur tous les plans. La volonté de partir de l’entraîneur Paulo Sousa, qui négocie actuellement les termes de son départ, a prolongé sur les terrains la crise qui couvait en coulisses, marquée par l’opposition des ultras à l’actionnaire, le fonds américain King Street, et la direction du club dont ils demandent la démission.

50 millions de déficit

Début juillet, l’élection à la mairie de Bordeaux de l’écologiste Pierre Hurmic a rajouté à la cacophonie ambiante. Le nouveau maire a estimé qu’un club « ne peut pas se permettre le luxe de se mettre à dos le principal club de supporters et de les traiter avec un tel mépris et une telle arrogance », déclaration à destination du président des Girondins Frédéric Longuépée.

Critiquée à nouveau après la sortie d’un nouveau logo qui a déplu aux fans, la direction du club, dont le déficit oscille entre 40 et 50 millions d’euros selon les médias, jouait gros devant la DNCG, à la fois son avenir et sa crédibilité. Initialement programmée le 7 juillet, son audition s’est finalement déroulée ce jeudi, avec succès.

En revanche, le gendarme financier du foot français a prolongé le sursis concernant le dossier de Lille, en attente « d’éléments complémentaires » que doit lui fournir le Losc.