FC Nantes : « Ce n’est pas en faisant une communication de faux-cul qu’on avance… », peste Gourcuff

FOOTBALL Le technicien nantais a justifié son coup de gueule poussé samedi dernier et son mode de communication en général

David Phelippeau

— 

Christian Gourcuff.
Christian Gourcuff. — David Vincent/AP/SIPA

Clair et d’un ton ferme. Ce jeudi midi, à trois jours du déplacement à Marseille, l’entraîneur nantais Christian Gourcuff est revenu sur son coup de gueule d’après match Nantes-Metz (0-0) de samedi. « On a montré trop d’insuffisances dans le jeu, mais aussi beaucoup de suffisance dans l’approche du match. Il ne faut pas qu’on se prenne pour ce qu’on n’est pas… », avait lâché le technicien au sortir d’une rencontre complètement ratée par ses joueurs. Ce jeudi, il s’est justifié sur ses déclarations très fortes : « Ma communication, elle est celle-là, je ne vais pas vous dire le contraire de ce que je pense. Après, je n’ai attaqué personne et les joueurs auxquels je faisais allusion l’ont su. »

Contrairement à samedi, il a endossé une partie de la responsabilité de la contre-performance messine : « Je suis là pour aider les joueurs et si effectivement le rendu est celui de samedi, c’est évidemment ma responsabilité, car c’est moi qui les place sur le terrain. » Il a enfin justifié sa communication qui n’épargnait pas ses joueurs (il a martelé qu’il avait tenu le même discours dans le vestiaire aux intéressés) : « Après, on dit les choses et on avance, c’est ça la vie et le foot. Ce n’est pas en se cachant et en faisant une communication de faux-cul et lénifiante qu’on avance. Maintenant, ça plaît, ça ne plaît pas, c’est comme ça. » Les choses sont dites.